Christel raconte la vie de son grand-père

Copyright © All rights reserved de Indische Verhalentafel

Mère Reijs avec ses 9 enfants de l'époque, Goos à gauche en tant que scout.

La famille van der Heijden

Goos dans le rôle d'un majordome de 16 ans

Lettre d'adieu

S.S. Rembrandt, le navire a été mis au rebut en 1928. Cette photo a été prise à Sebang l'île au nord de Sumatra

Collection du Tropenmuseum, source Wikipedia

Baraquement Tjimahi

Goos 26 ans, à en juger par ses vêtements pris aux Pays-Bas à la mémoire de ses parents 1930

Photo de mariage Emma, Goos et Sientje

Frère Akkie, Sientje, Kareltje et Goos. Akkie était dans la marine et pouvait rendre visite à l'Indonésie et à son frère de temps en temps.

Si vous regardez de près, vous pouvez voir que l'image est coupée. La main qui tient la main de Kareltje est celle d'Emma. Bien des années plus tard, à Breda, d'humeur dépressive, Goos a découpé toutes les photos sur lesquelles figurait Emma.

M.S. Sibajak a navigué de 1927 à 1959

Debout : Goos, frère Karel jr. et Jochem.

Assis : sœur Johanna avec inconnu et père et mère Reijs.

Chrisje est la fille aînée d'une famille de 5 filles. Floor, Mien, Cor et Jo (ce dernier n'est pas sur la photo) sont ses petites sœur

Photo prise dans le Breda d'avant-guerre lors d'une randonnée de quatre jours

1904 - 1939

Mon grand-père Goosen Hendrik Reijs est né à Deventer le 19 octobre 1904 (père Karel Hendrik Reijs 1877-1954 et mère Grietje Riezenbos 1876-1962) 5e enfant dans une rangée de 10, et a donc de nombreux frères et sœurs : Karel, Gien, Jannie, Jochem, (Goos), Greetje, Jo(hanna), Annie, Stien et Akkie (Adrianus)

Religion : luthérien.

Mon arrière-grand-père était un soldat professionnel et un chef de musique dans la cavalerie de Deventer, ainsi qu'un musicien professionnel qui a initié ses enfants à la musique avec une main douce mais plus souvent avec une main dure. Son fils aîné Karel jr. est également devenu chef d'orchestre et musicien, et Goos a appris à jouer de la trompette à un âge précoce.


1920

 

(G) Après l'école primaire, il fallait travailler et après quelques emplois, Goos, à l'âge de 16 ans, a été employé comme le plus jeune " majordome " par un baron près de Deventer, mais il n'en avait pas vraiment envie. Une chambre a été créée au-dessus de la remise à calèche, qu'il a dû partager avec un autre majordome qu’il était plus âgé que lui. Il devait faire attention à ne pas être trahi par lui s'il avait fait quelque chose qu'il n'était pas censé avoir fait, ce qui arrivait parfois, car peu de choses étaient permises à l'époque, car ils étaient très stricts. Goos devait être prêt à 7 heures du matin, vêtu d’une queue de pie, réagir immédiatement à chaque bruit et s'incliner comme un couteau. Ce n'était pas le problème, mais il avait l'impression d'être rabaissé, un sentiment qu'il ne pouvait pas facilement ignorer en raison de la fierté qu'il avait héritée de son père en tant que fils de soldat. Ce qui était bien dans ce travail, c'était les fêtes qui étaient données au château. Le champagne "Moët et Chandon" était versé en abondance et parfois une bouteille disparaissait en dessous de son queue à pie direction sa chambre pour le finir avec son colocataire, alors Goos aurait quelque chose en réserve au cas où son collège serait difficile, mais ce n'était jamais nécessaire. Ce n'était pas dans la nature de Goos de faire ce travail, il a été honnête et direct. Malgré cela, Goos s'est vite habitué à tout le monde et surtout au personnel féminin, ce qui a entraîné des problèmes. Après un court laps de temps, il en a eu assez du château et a dû trouver une autre solution avant que les choses ne deviennent incontrôlables. Goos a postulé pour être un soldat KNIL (armée royale infanterie néerlandaise) dans les Indes orientales. Ce grand pas n'est pas apprécié à la maison mais son père a signé (Goos était encore mineur) car Goos est déterminé à y aller.

23 octobre 1923 : Goos vient d'avoir 19 ans lorsqu'il est approuvé pour le service militaire et est attaché au service militaire d'outre-mer, en Europe et hors d'Europe, pendant 5 ans. Il est admis comme canonnier/artilleur de 2ème classe. À son arrivée au Corps, il mesure 1,759 mètre et, comme signes évidents, il est décrit comme ayant un "grain de beauté à l'œil droit".

  Le 30 novembre 1923, il est déclaré apte au déploiement, avec une prime de          400 florins.


(G) 400 florins durs. Qui s'en soucie ? Fier comme un paon il se présente dans son uniforme de soldat à son ancien employeur, Mr le Baron, l'humiliant et lui souhaitant un bon moment. Le personnel l'a adoré et aurait volontiers échangé sa place avec lui, mais ils n’avaient pas eu le courage de le faire. Après avoir dit au revoir a tout le monde sur le chemin de la caserne, afin de faire le nécessaire pour l'embarquement vers les Indes orientales, il a découvert qu'en tant que colonial, vous étiez méprisé par le citoyen moyen, car il y avait pas mal des abroutis parmi eux, qui avaient pris ce travail faute de mieux ou avaient quelque chose à cacher et peut-être fui "quelque chose" en s'engageant dans cette mission pour cinq ans.

 12 avril 1924

Après sa formation, qui a duré six mois, Goos est devenu un soldat de la KNIL "de cœur et d'esprit", comme il s'est avéré plus tard. Embarqué à bord du S.S. Rembrandt.

(G) Le jour arrive donc où Goos, âgé de 19 ans, s'embarque pour un pays inconnu et est nommé artilleur dans l'artillerie à cheval. À bord du navire à destination des Indes orientales néerlandaises se trouvaient également de nombreux fonctionnaires qui avaient été en congé en Hollande et qui retourné y reprendre le travaill. Ce genre de congé était avec toute la famille. Le soldat était habillé en civil et ne pouvait être distingué des autres, si bien que l'atmosphère à bord était agréable et détendue. Sur le chemin, il y avait plusieurs arrêts pour obtenir de l'eau, du charbon, des provisions et ainsi de suite. En ce mois d'avril, avec une température raisonnable, ils ont navigué via l'océan Atlantique, le détroit de Gibraltar par la mer Méditerranée, le canal de Suez par la mer Rouge avec une chaleur qui remplissait le pont du navire jusqu'à l'océan Indien. Le voyage s'est poursuivi à Ceylan pour la traversée vers les Indes orientales néerlandaises, avec la première rencontre avec la vraie chaleur tropicale. La traversée entière a duré plus d'un mois, et à Batavia, le port de "Tandjok Priok", une partie a débarqué et le reste a navigué vers Surabaya. Goos faisait partie de ce premier groupe puisqu'il était affecté à Tjimahi.

17 mai 1924

À son arrivée dans les Indes orientales néerlandaises, Goos est affecté à la caserne de Tjimahi sur l'île de Java. Celle-ci est située à environ 150 km au sud-est de Batavia, juste au-dessus de Bandung.

(G) Après que Goos ait été assigné à son poste, il pouvait commencer sa formation sur place, dans un pays assoiffé avec ses difficultés de maladies tropicales et d'ulcères (qui à leur tour nécessitaient l'hygiène nécessaire) en tant qu'artilleur : tirer, trimbaler, porter et transpirer, puisque tout devait être fait à cheval ou à pied, à travers les rivières, les cols et les vallées. Au bout de quelques semaines, les kilos se sont envolés, ce qui a été compensé par des liquides abondants. Comme l'eau n'était pas toujours à portée de main et qu'il est trop dangereux de la boire sec, la bière était le moyen le plus simple de résoudre ce problème, selon la plupart des soldats.

Goos a appris à s'adapter, à se maintenir d'une manière qui n'attire pas l'attention, sinon vous seriez le chien mordu, et cela ne se perd pas facilement. Sa vie quotidienne suit son cours : appel, petit-déjeuner, exercices, nettoyage des canons, le ménage, déjeuner, repos, appel, le travail d’après-midi, appel et puis la cantine. Avant l'appel, ils se sont levés à 6 heures du matin pour avoir fait le nécessaire avant la chaleur de la journée, comme s'occuper d'abord des chevaux. Il s'agissait de chevaux de race australienne, de grande taille par rapport aux chevaux javanais, petits mais forts, qui étaient utilisés comme chevaux de bât pour les pièces d'armes. L'artillerie a été démontée afin de la déplacer à travers les montagnes et de la mettre en place là où elle était nécessaire. Après un certain temps, Goos a eu un ou plusieurs compagnons réguliers ( De Kromme- la Courbe, De Neus-la nez, De Pukkel,-le bouton De Neut- la Gnole) et Goos a reçu le surnom de Rijs (Grand) en raison de sa grande taille. C’est comma ça dans la vie, vous êtes un numéro ou vous avez un surnom, ce dernier est le plus agréable et vous n'êtes pas facilement oublié par telle ou telle personne.

Après 4 ans, le 3 septembre 1928, Goos est promu officier d'artillerie de classe 1e et trompette.

(G) Donc tu vois, c'était bien d'avoir appris la musique. Dans l'armée, c’était nécessaire de jouer tous les signaux, mais aussi pour jouer pour soi-même et ses camarades et d’avoir un air agréable pour se distraire et s'amuser.

Le 30 novembre 1928, Goos a signé pour 6 années supplémentaires.

(G) En outre, il cherchait également à se divertir dans la ville où les gens se livraient parfois à des soirées de débauche et d'alcool, et le soldat n'était donc pas très apprécié des citoyens et était souvent évité par eux. Mais que voulez-vous dans un pays assoiffé où la bière est brassée avec la marque : Kuntji et Anker. Cette dernière marque était d'ailleurs moins appréciée, mais ils la buvaient faute de mieux. La devise était alors : "Le cancer, c'est Anker qui vous le donne".

Le 28 mai 1930, Goos a son premier congé depuis son départ aux Indes orientales néerlandaises après 6 ans pour aller faire une visite familiale aux Pays-Bas. Il est embarqué à bord du S.S. "Prins der Nederlanden" : Nommé d'après le prince Hendrik, époux de la reine Wilhelmina. Le design a été réalisée par la société de construction navale M.A.Cornelissen d'Amsterdam.

Un mois plus tard, le 29 juin 1930, il arrive aux Pays-Bas, reçoit une médaille de bronze, puis bénéficie d'un congé de quatre mois. Cette médaille du KNIL était décernée à ceux qui remplissaient les conditions requises pour les tests d'aptitude, à ceux qui avaient moins de 28 ans ou qui comptaient 7 années de service ou moins. Les tests avaient lieu une fois par an et les soldats n'ayant pas le grade d'officier recevaient également une gratification de 25 florins.

Le 1er novembre 1930, il repart pour les Indes orientales néerlandaises et embarque à nouveau sur le S.S. "Prins der Nederlanden" pour le voyage de retour (Goos effectue avec ce navire l'une des dernières traversées des Indes orientales vers les Indes orientales néerlandaises avant qu'il ne soit retiré du service comme navire-école pour les pompiers). Le 25 juin 1935, le navire est vendu à l'Italie pour être utilisé comme navire-hôpital dans la guerre italo-éthiopienne et passe sous la gestion du Lloyd Triestino et est rebaptisé s.s. AguiLiea. Le 26 juin 1944, en tant que navire-hôpital, il a été coulé par des avions allemands lors d'un bombardement de Marseille. En 1946, elle a été soulevée et en 1947, elle a été vendue à la ferraille.


  20 décembre 1930

Goos arrive dans les Indes orientales néerlandaises, cette fois la traversée a pris 3 fois plus de temps qu'à l'aller.

Indes orientales néerlandaises (N-I) :

Le N-I est un territoire colonial des Pays-Bas depuis 1816. À partir de 1870, la colonie est ouverte aux entreprises privées et de nombreux chasseurs de fortune viennent tenter leur chance dans l'Est. Un Indonésien local (autochtone), quelle que soit son origine, était considéré comme inférieur par l'homme blanc. Il y avait d'abord les "blancs", puis les dirigeants et les serviteurs "bruns" et il n'était certainement pas dans les habitudes de l'homme blanc de se mêler et/ou de procréer avec son inférieur.

Il est arrivé que des hommes blancs qui attendaient une candidate au mariage européenne (blanche) convenable, vivent ensemble avec une femme indonésienne (et parfois des enfants en résultent) mais celle-ci n'avait aucun droit. Elle était tolérée par les fonctionnaires, mais elle restait en retrait. L'homme pouvait la renvoyer à tout moment sans conséquences. Elle ne pouvait pas réclamer ses enfants. Si le père les avait reconnus, il était aussi responsable d'eux, ils grandissaient dans sa maison avec une "bonne" qui s'occupait d'eux. L'intention était que les enfants ne soient pas trop éloignés de la maison et qu'ils reçoivent une éducation néerlandaise.

C'était alors un désastre pour la mère car souvent sa famille désapprouvait aussi cette relation extraconjugale et alors elle ne pouvait pas revenir sur sa cohabitation et était désavouée. Elle est littéralement tombée entre deux tabourets.

Si le père ne reconnaissait pas ses enfants, ceux-ci étaient rejetés et reniés. Ces enfants négligés (qu'ils aient ou non grandi dans un foyer pour enfants) ont ensuite grandi avec des sentiments de haine envers les Blancs, et ont ensuite rejoint plus facilement les groupes nationalistes. D'autres familles indonésiennes, en revanche, s'en accommodaient plus facilement. Accrocher un homme blanc était pour eux plus de prestige, vous grandissiez dans l'échelle sociale, surtout si un mariage suivait, et que des enfants naissaient. Il était également plus facile pour un enfant de sang-mêlé de trouver un emploi parmi les Blancs (même s'il était moins bien payé pour le même travail) et vous progressiez également dans l'échelle sociale. Plus vous étiez blanc, plus vous aviez de prestige. Les militaires ont moins de problèmes avec les mariages mixtes que les fonctionnaires, ils ont plus facilement des relations ouvertes avec les femmes locales, puis ils fondent une famille.

(G) L'amour de la bière s'accompagne presque inévitablement de problèmes, qui se terminent parfois par un "bakkie" (peine de prison). Néanmoins, la vie continue et Goos apprend à connaître la vie, y compris les femmes, qui sont nombreuses à vouloir s'engager avec un garçon néerlandais. Dans un pays aux coutumes et aux habitudes différentes, ce n'est pas toujours facile pour ces jeunes soldats, qui sont jetés dans le grand bain et doivent trouver leur propre chemin. Les supérieures a fourni quelques conseils, mais très limités, et vous devez donc vous débrouiller par vous-même. Pour échapper à la vie de caserne, ils ont essayé de sortir avec des filles de la population locale, ce qui ne s'est pas toujours bien terminé. De nombreux métis sont nés qui, avec ou sans parents, ont souvent été confiés à l'église et aux foyers. L’homme de KNIL avait sa propre devise, qui n'est pas mentionnée en tant que telle dans la Bible. Au lieu de "Allez et multipliez", c'est devenu "Multipliez et allez".

Avec sa position améliorée de commandant d'artillerie et d'instructeur pour former les jeunes au métier d'artilleur, sa vie de célibataire lui convient bien et il espère la garder longtemps. Mais ce qui est étrange, c'est qu'une femme indonésienne s'immisce dans son environnement immédiat. Elle était trop envahissante pour lui, ce qui le dérangeait, mais elle était extrêmement belle à regarder. L'obséquiosité s'est atténuée pour Goos et il n'a bientôt plus vu que de belles choses chez elle

2 avril 1932

Francine est né à Batavia, on l’appelle Sientje (du nom de sa grand-mère). Elle est la fille d'Emma Maulany, née le 6 février 1915 également à Batavia. Emma avait 17 ans lorsqu'elle a accouché. L'accouchement a eu lieu au domicile de sa grand-mère à Batavia. Sa grand-mère Cato Francina Maulany-Noordhoorn l'a assistée pendant l'accouchement et avait alors 73 ans. La déclaration de naissance est faite par Martin Henri Maulany 32 ans (probablement un oncle) et un clerc (administrateur) Eduard Hubeek 24 ans du Bureau de Residence à Batavia. Comme le suggèrent les noms néerlandais, Emma est une « Indo » (sang-mêlé) et a des ancêtres français, néerlandais et indiens.

9 novembre 1932 : Goos est transféré à Malang.

Jeudi, 13 juillet 1933

À 18 ans, Emma épouse Goos Reijs à Weltevreden, un bon quartier (blanc) de Batavia.

(G) Goos était contre le fait de donner naissance à un bâtard comme l'avaient fait beaucoup de ses collègues et Emma avait déjà un an de plus.

Par ce mariage, Sientje a été reconnue comme la fille de Goos. Les parents d'Emma, Jules François Maulany, employé à la société de cale sèche de Tandjong Priok, et son épouse autochtone Saima, ont donné leur autorisation à ce mariage, Emma étant encore mineure. Les personnes suivantes agissent en tant que témoins : Antonius Maria Koolen 32 ans (surnommé le Kool tordu, Goos aura encore des contacts avec lui aux Pays-Bas après la guerre) et Antonie Hendrik Hol 35 ans tous deux trompettistes militaires et vivant à Batavia. Si Goos est le père biologique de Sientje, Emma avait 16 ans et Goos 27 ans au moment de la conception.

(G) Goos va vivre avec Emma et sa fille à l'extérieur de la caserne et bien plus tard, il dira qu'il a été manipulé par Guna-Guna (force silencieuse). Les Européens ont rejeté cette idée en la qualifiant de non-sens et d'absurdité, car la réalité ne peut être appréhendée par un homme blanc avec sa vision sobre de la vie. Goos n'avait aucun problème avec elle sur le plan émotionnel et il était heureux avec elle. Elle lui a donné une vie de foyer, un lit préparé pour lui, de la bonne nourriture sur la table, une vie régulière et un endroit pour se reposer. Goos aimait la vie de famille avec sa fillette, qu'il adorait.

24 septembre 1934

(G) Karel est né à Malang comme premier fils de Goos. Il porte le nom de son grand-père, Karel Hendrik Reijs, un petit homme rapide et entreprenant qui n'avait peur de rien ni de personne.

30 novembre 1934

Goos s'engage pour 4 ans, 3 mois et 27 jours supplémentaires, et un an plus tard, le 21 octobre 1935, Goos est promu au grade de Brigadier Titulaire.

29 avril 1936

Et six mois plus tard, il est promu brigadier et reçoit la "médaille d'argent". Elle est attribuée après une troisième participation aux épreuves d'aptitude.

1937

(G) La promotion au grade de brigadier a également entraîné un changement dans son travail, Goos devant souvent s'absenter pour faire de l'exercice, parfois pendant des semaines. Entre-temps, Goos avait fait la connaissance de Willem, qui habitait à proximité et chez qui il allait régulièrement prendre un verre et discuter. Willem a travaillé dans une grande plantation de thé en tant que technicien. Lui et sa femme n'avaient pas d'enfants et aimaient la distraction de Sientje et Karel et s'entendaient bien avec eux. C'était aussi une bonne chose pour les enfants (ils avaient alors 5 et 2 ans) de parler néerlandais avec Willem et sa femme, car leur mère ne le parlait pas bien, les enfants n'allaient pas encore à l'école et Goos était régulièrement absent de la maison. Après quelque temps, des problèmes sont apparus au sein du mariage. Le Guna-Guna avait-il disparu ? Goos n'a-t-il pas toujours été le gentil mari ? Qui peut le dire ? .... Après un gros exercice de 3 mois, Goos est rentré chez lui et a trouvé sa maison vide, tous ses biens ménagers avaient disparu. Les bons conseils étaient chers, que faire maintenant. Goos est parti à la recherche de ses enfants qu'il aimait beaucoup, les biens de la maison n'étaient pas importants pour lui. Après un mois de recherche, il les a trouvés quelque part dans un kampong, à 10 km de là. Après les visites nécessaires, le couple se met d'accord : Sientje reste chez sa mère et Kareltje reste chez son père et le divorce est demandé.

On pourrait en conclure que Sientje ne pourrait pas être sa fille biologique après tout, mais nous n'en sommes pas certains. On ne sait pas non plus s'il a commencé à payer une pension alimentaire.

13 mai 1938

Goos a préparé son départ pour les Pays-Bas. Son dossier militaire indique : "Avec rupture du contrat actuel, réengagé pour une période d'une durée telle qu'à son retour de congé, il devra servir une autre année (Sergeant d’Artillerie)". Goos rompt donc son contrat de travail pour une durée indéterminée afin de se rendre aux Pays-Bas. Cherche-t-il un prétendant blanc aux Pays-Bas ? Avant de partir pour les Pays-bas, Goos vit à Salatiga, dans le centre de Java, à 40 km au sud de Semarang, entre-temps séparé d'Emma. Pendant son congé aux Pays-Bas, Willem et sa femme proposent de s'occuper de Kareltje pendant son absence.

Le 18 mai 1938, Goos quitte pour la deuxième fois les Indes orientales néerlandaises et monte à bord du M.S. "Sibajak" en permission, pour la première fois avec un bateau à moteur, ce qui n'accélère pas vraiment la traversée, car auparavant le voyage s'était fait avec un bateau à vapeur.

Lors de la traversée du 3 juin 1938, le mariage a été officiellement dissous par divorce par le verdict de R.V.J. à Semarang. Inscrit au R.B.S. (registre de droit pénal) le 12 septembre 1938 à Batavia. Le jour où le divorce est prononcé, Emma vit à Solo (aujourd'hui Surakarta, à 65 km au sud-est de Salatiga).

15 juin 1938

Goos arrive aux Pays-Bas et restera finalement en permission pendant 7 mois avant de retourner aux Indes orientales néerlandaises.

(G) Dès son arrivée, Goos est naturellement allé rendre visite à ses parents à Deventer. L'été n'avait pas encore commencé aux Pays-Bas et le beau temps était presque garanti. Sur son vélo, Goos rendait visite à ses frères et sœurs.

(Le 9 août, il a même fait une sortie en Allemagne et le 14 août, il était également à Harderwijk. Ces rendez-vous se trouvent dans l'agenda de poche de Goos de 1938. Plus tard, il l'utilisera également comme journal intime pendant sa période de captivité en Birmanie.)

Après 2 ½ mois, le 16 août, il est également allé rendre visite (toujours à vélo) à son frère aîné Karel qui vivait à Breda, où il était musicien professionnel dans la Cavalerie et chef d’orchestre à la caserne Trip van Zoutland. Il a également donné des cours de musique à l'école de musique de Breda. Sa femme Marie avait aussi ses activités et pour cela elle avait parfois besoin de nouveaux vêtements, qu'elle faisait faire par une couturière (ce qui était très courant à l'époque) qui venait à la maison pour mesurer et ajuster les vêtements. C'est là que Goos rencontre la couturière !

Chrisje (Christina) van der Heijden, est née à Nieuwe Dieststraat à Breda le 14 février 1908. Son père avait une épicerie et de gruau à Etten et un magasin de peinture au Tramsingel à Breda. Chrisje était une femme pleine de vie, âgée de 30 ans, qui appréciait la vie en marchant, en dansant et en sortant. Elle travaillait à son compte et était une couturière certifiée, gagnant ainsi sa vie.

(G) Chrisje et Goos tombent amoureux. Cela signifiait qu’il allait régulièrement à vélo de Deventer à Breda, car c'était le seul moyen de voyager à l'époque. Les transports publics étaient trop chers et vous voyez ce que fait le grand amour. Il est tout à fait plausible que Goos ait passé la nuit chez son frère. En tout cas, les fiançailles sont déclarées car Chrisje tombe rapidement enceinte. Le problème suivant se pose alors. Le mariage n'est pas immédiatement possible car Chrisje est catholique et Goos protestant (luthérien), ce qui revient à "dormir avec le diable sur un seul oreiller" et les bons conseils coûtent cher. La solution a été trouvée par le pasteur de la paroisse de St. Anna, le mariage pouvait avoir lieu avec la permission épiscopale, donc il a été fait. Il n'était pas possible de se marier dans l'église, mais il était possible de se marier dans le presbytère de cette église à condition que s'il y avait des enfants de ce mariage, ils soient élevés dans la religion catholique, avec toutes les obligations de l'église telles que : le baptême, aller à l'église, etc.

25 octobre 1938

Goos reçoit la permission officielle du ministère de la Défense d'emmener Chrisje avec lui aux Indes orientales après le mariage. À son arrivée, il devra effectuer une année supplémentaire de service dans les Indes orientales.

Jeudi 3 novembre 1938

(G) Goos se remarie en silence avec Christina Elisabeth van der Heijden (entre-temps enceinte de trois mois), avec seulement des parents proches et des amies (plus de Chrisje que de Goos, tous ses copains étaient a l’Indonésie après tout). Chrisje est informé que Kareltje fait également partie de la famille et qu'elle s'occupera de lui à son arrivée en Indonésie.


1939 - 1946

4 janvier 1939

Le jeune couple embarque sur le navire à moteur "Dempo" pour un départ vers les Indes orientales néerlandaises. Pour Goos, c'est sa troisième traversée .

2 février 1939

Après un mois de navigation, ils arrivent dans les Indes orientales néerlandaises, le bateau s'arrête à Batavia avant de continuer jusqu'à Surabaya où ils débarquent pour se rendre à Malang.

(G) Chrisje s'y est remise et avec Goos, elle est allée chez Willem et sa femme chercher le petit Kareltje, un garçon à la peau foncée, ce qui n'était pas courant aux Pays-Bas à cette époque. Après un abri temporaire, la jeune famille s'est vu attribuer une maison à Malang, au 2de Chinese Schoolstraat (la deuxième rue de l'école chinoise). L'ameublement pouvait commencer et avec le salaire adéquat de Goos, cela pouvait être fait facilement. Il est venu (comme c'était la coutume dans les pays coloniaux) une babou pour la cuisine et pour le ménage. Chrisje a dû s'habituer à cela, car elle avait tout fait de manière indépendante auparavant, mais il était facile de passer outre et la soumission a également pris un certain temps pour s'y habituer. Si l'on traite le "personnel" de la même manière, on perd l'autorité, ce qui peut entraîner des problèmes par la suite : il faut donc s'adapter. Il fallait aménager une chambre de bébé, et une nounou a été embauchée pour le ménage et pour le futur bébé.

L'adaptation n'a certainement pas été facile au début : en trois mois, elle était amoureuse, fiancée et mariée. Ceci avec un homme qu’elle ne connaissait pas bien encore, avec un certain âge. Et aussi se retrouver dans un pays totalement étranger sans avoir jamais vu une personne de couleur. Mais les bons moments arrivent : Après le travail pour Goos, il est bien de se reposer et des voyages ont été effectués dans la région pendant le week-end. Comme Malang est située dans les montagnes, le climat est plus tempéré qu'ailleurs. Pour une "femme des tropiques", il a fallu s'y habituer. Dormir sous une moustiquaire par exemple, bien qu'il s'agisse d'un sentiment de sécurité, était également une nécessité pour éviter d'être mangé par les moustiques.

La journée commence tôt : lorsque le soleil se lève, on sort du lit et on se rend dans la salle de bain (Mandiekamer) pour être arrosé de gajong, une eau froide et agréable, tirée d'un puits et versée dans la salle de bain par le personnel. Cette eau n'était pas propre à la consommation. Il fallait d'abord faire bouillir cette eau, puis la mettre au frais (il n'y avait pas encore de réfrigérateurs électriques ni de glacières). Si vous vouliez de la glace, elle était ramenée de la fabrique de glace dans de grands bâtons, battus et mis dans une glacière. Celle-ci n'était pas propre à la consommation, mais était utilisée pour le refroidissement. Si vous en buviez, cela vous donnait une diarrhée qui durait parfois plusieurs jours et était très douloureuse.

L'eau fraîche et le thé froid étaient toujours disponibles (dans la glacière) et certainement la bière. Le petit-déjeuner se composait de Nasi Goreng. Exceptionnellement, il y avait du pain cuit préparé par les Chinois locaux, souvent du pain sucré et un peu détrempé. Le déjeuner consistait du riz blanc avec 2 ou 3 accompagnements. Après le repas, ils se sont reposés, puis sont retournés dans la salle de bain afin de se rafraîchir pour le reste de la journée, qui s'est terminée vers sept heures. Un autre bain frais avant le dîner, après quoi la soirée s'est terminée sur la terasse avec une boisson fraîche et éventuellement une collation. Les jours ont coulés jusqu'à ce que le moment soit venu pour Chrisje de donner naissance à son premier enfant.

31 mai 1939

 (G) Naissance, après un accouchement réussi, d'une fille en bonne santé, Christina Wilhelmina, aux cheveux blonds, que le personnel appellera plus tard "Nonna Gulalie". Traduit par une sorte de barbe à papa blanche. On lui donne le nom de Tineke et avec un aide maternité local elles s'occupes d’elle avec beaucoup d'amour.

La vie d'une femme au foyer indonésienne (néerlandaise) ne peut être comparée à celle d'une femme au foyer néerlandaise. À cette époque, aux Pays-Bas, chaque femme/fille recevait une éducation domestique telle que la lessive, la cuisine, le nettoyage et la gestion de l'argent du ménage. Dans les Indes orientales, seule cette dernière est restée. Surtout dans le cas de Goos, qui ne pensait pas que c'était très important et qui avait l'habitude de vivre au jour le jour. Dans son précédent mariage, il ne s'y intéressait pas non plus et laissait la gestion à Emma. Ce n'était donc pas un problème pour lui de laisser cela à Chrisje maintenant.

Tous les samedis, Goos était payé et après le travail il allait à la cantine. Ce jour-là, il n'était pas lié par le temps, pensait-il. Il rentrait souvent ivre à la maison, jetait le reste de l'argent sur la table et disait : "voici maman, je t'aime tellement que tu auras tout mon argent". Avec ses copains, c'était différent, ils étaient complètement ivres et devaient souvent emprunter de l'argent pour finir la semaine, ou boire avec l’argent de quelqu’un d’autre était également normal pour beaucoup. Parfois, la situation était si mauvaise que les parents contactaient directement le commandant pour lui demander si leur fils était encore en vie ; le soldat était alors appelé à rendre des comptes et devait écrire une lettre à la maison de suite. (Cela est également arrivé à Goos pendant sa période de célibat). Goos a dû se limiter dans ce domaine car sa femme néerlandaise ne l'acceptait pas et Chrisje ne se souciait pas de ce que les autres pensaient ou disaient.

Être marié à un homme qui a toujours mené sa propre vie n'est pas toujours facile. Mais maintenant il était fier comme un paon avec sa fille, son fils et sa femme. Il s'en sortait mieux qu'avant, mais le jour de paie ne changeait pas et le temps passait jusqu'à ce que Chrisje annonce qu'elle était à nouveau enceinte.

2 février 1940

Goos s'engage à nouveau pour 6 ans (Brigadier der Artillerie) pour rester à la caserne de Malang.

28 juin 1940

(G) Goosen Willem Hendrik (mon père) est né, très sain et aussi une tête blanche, agile et clairement présente. Le deuxième prénom de Goosje est Willem, du nom du voisin Willem. Mais après quelques semaines, le petit ne se porte plus aussi bien, car un examen médical a montré que Chrisje n'allaitait pas assez. Les bons conseils n'étaient pas chers cette fois-ci. Ils avaient trouvé quelqu'un qui pouvait allaiter. Cette Indonésienne en avait assez pour Goosje et son propre enfant, si bien que Goosje s'est vite rétabli.

Mais alors, que voulez-vous : " Si jeune et déjà en train de boire du chocolat ", le lait de vache frais était difficile à trouver. Le fromage, le beurre et les autres produits laitiers venaient généralement des Pays-Bas dans des boîtes de conserve : Klim, Blueband et étaient importés par bateau. Les militaires mariés qui vivaient en dehors des casernes recevaient leur ration hebdomadaire à domicile, car ils ne mangeaient pas à la cantine. Régulièrement, une partie de cette ration était donnée aux moins fortunés ou à des foyers gérés par l'église. Le fils aîné de Goos, Kareltje, était le géniteur et portait le nom de son grand-père. Entre-temps, il avait trouvé sa place auprès de sa "nouvelle" mère, qui ne ménageait pas ses efforts pour qu'il se sente chez lui. Au début, ce n'était certainement pas facile. Pas pour Karel qui a certainement manqué sa propre mère dont il était séparé, mais pas non plus pour Chrisje. Il a certainement ressenti et vécu l'amour qu'elle a donné à Karel. La petite blonde Tineke, l'amour de son père, a volé le cœur de tous. Willem et sa femme rendaient régulièrement visite à la famille pour la soutenir en paroles et en actes.

D'ailleurs, Goosje n'a été déclaré à l'état civil que 2-3 jours plus tard car son père avait 'disparu' pendant ces jours et vivait dans une ivresse alcoolique pour célébrer la naissance de son 2e fils.

(G) Goosje n'était pas encore conscient de quoi que ce soit et était trop occupé avec lui-même dans le parc, qu'il n'aimait pas du tout et cherchait toute possibilité de s'échapper. Après un court silence, il y a eu un grand rugissement. Il avait sorti une partie du fond du parc et s'était glissé sous les barreaux. Le parc s'est coincé sur son dos et il a été piégé. A partir de ce moment, il ne pouvait plus être gardé dans le parc, peut-être que pour faire une sieste. Chrisje a trouvé une solution en mettant une bande autour de sa taille et en l'attachant à quelque chose pour qu'il puisse se déplacer sans s’évadé. Goosje était un garçon en bonne santé et la nourriture était très importante pour lui. Un jour, la table était mise pour le déjeuner et alors qu'ils s'asseyaient pour manger, le bol de piment avait disparu. La Babou a été appelée pour demander où le piment était passé. Mais avec une conviction totale, elle a dit qu'elle l'avait mis sur la table. Goosje s'était caché dans un coin et a été retrouvé là avec un bol vide de piment sur les genoux, il l'avait mangé sans une égratignure parce que c'était très piquant. Goosje devait être surveillé, il était très rapide dans ses actions, aussi petit qu'il était. Le père a vu cela avec tristesse et a laissé tout cela à sa mère, qu'il pensait être la bonne personne pour cela.

La charge de travail à la caserne a été augmentée. Commandant d'artillerie, trompettiste et une nouvelle fonction de coursier motorisé, et ce sur une Harley Davidson, qui était largement utilisée par le KNIL à cette époque. Un jour, le père est rentré à la maison avec l'histoire qu'il avait été assigné à un collègue comme artilleur. Il était de Breda et il a demandé si Chrisje le connaissait. Il s'appelait Henk Dusseljee. Il s'est avéré qu'il s'agissait d'un garçon du quartier qui vivait au Tramsingel à Breda. Henk était arrivé à Batavia en 1934 à l'âge de 20 ans et avait passé plusieurs années à la caserne de Malang. Henk s'est marié le 6 décembre 1939 avec Jetje Wallenburg. Jetje était un Indo avec du sang néerlandais et chinois/indonésienne.

Au fil du temps, des tensions sont apparues à la caserne qui ne pouvait pas être directement expliquées. Les messages des Pays-Bas concernant une prochaine guerre avec l'Allemagne ont joué le plus grand rôle. Mais bon, c'était loin d’ici.

Les messages et les approvisionnements sont limités et, en 1941, l'Amérique déclare la guerre au Japon après que ce dernier a attaqué Pearl Harbor à Hawaï. Beaucoup craignaient que la guerre n'arrive aussi aux Indes orientales.

Le 19 janvier 1941 naît Adrie, le fils aîné de Henk et Jetje Dusseljee. Un an plus tard, le 2 février 1942, il a une sœur appelée Corrij.

1er mars 1942

La 48e division d'infanterie japonaise, qui avait débarqué à Kragan à l'est de Rembang le 1er mars 1942, avait pour mission d'occuper l'est de Java. L'objectif principal de cette force, qui était principalement entravée par des ponts détruits, était Surabaya. Dès le 2 mars, la destruction d'installations militairement importantes, notamment dans le port, a commencé. La majeure partie du KNIL évacue Surabaya le 5 mars et se retire en direction de l'angle oriental de Java. Les troupes restantes offrent une certaine résistance aux Japonais le 6 mars, mais le lendemain, les soldats professionnels parmi eux passent sur l'île de Madura. Le 8 mars, les troupes japonaises occupent Surabaya.

(G)Tous les soldats devaient être prêts à intervenir à la caserne en cas d'attaque ennemie. L'artillerie a été installée à l'extérieur de la ville de Malang pour se défendre contre ce qui pourrait arriver. Cela va plus vite que prévu et comme une vague jaune, les Japonais avancent vers Malang. Les premiers coups de canon se font déjà entendre au loin. Les canons KNIL qui avaient été déployés se sont également fait entendre et après les salves nécessaires, le silence s'est fait. Rijs' a été envoyé sur sa moto pour voir ce qui se passait.

Lorsque les soldats arrivent sur place, il s'est avéré qu'il y avait eu un coup direct sur les canons, et tout le monde avait pris ses jambes à son cou. Les canons n'étaient plus armés. Trois canons n'ont pas été touchés. ’’Rijs" est sorti, a chargé une arme et l'a tirée, puis est passé à la suivante avec la même action. C'était en fait irréalisable et après une demi-heure, il a reçu des renforts. Son commandant était également présent et a demandé ce qui se passait. Après avoir expliqué une chose et une autre, il y a eu un autre impact. Maintenant, ils ont sagement décidé de se retirer et de tout laisser derrière eux. Sur le chemin du retour, le commandant a dit à "Rijs" qu'il serait nommé quand tout serait terminé. Dommage pour "Rijs" que peu de temps après, cet homme ait été tué sur le champs. Après leur retour à la caserne, ils ont eu droit à quelques heures de permission pour s'occuper de leurs affaires à la maison et informer femme et enfants de la situation. C'est la dernière fois que Goos a vu sa famille avant le début de l'internement.

8 mars 1942

Goos est un prisonnier de guerre japonais, selon la défense néerlandaise.

9 mars 1942

Prisonnier de guerre selon la carte d'internement japonaise. Goos donne "Tjelaket Gang in Malang" comme dernière adresse (résidentielle) aux Japonais. C'est l'hôpital militaire de Malang : nommé Tjekalet. Donc il ne donne pas le 2e  Chineese Schoolstraat. Probablement pour protéger sa femme et ses enfants le plus longtemps possible. Lorsque les Japonais ont envahi le pays, les militairs néerlandais ont été internés jusqu'à nouvel ordre. Le 19 mars, de nombreux soldats ont été placés dans un camp d'internement également à Malang, le Drost-Kamp II. Le 1e jour de Noël 1942, les personnes de ce camp ont reçu des Japonais : des chaussettes, 2 "tjawats" (ceinture ou tissu pour couvrir le bassin) et un savon. Ils sont restés ici pendant plus de 9 mois, jusqu'en janvier 1943. Les visites aux proches n'étaient pas autorisées. Parfois, il arrivait qu'un paquet soit secrètement jeté par-dessus la clôture par des proches, mais lorsque cela était vu, tout le camp devait se présenté a l’appel.

À l'arrivée au camp, la première chose qui s'est produite a été une visite chez le barbier et tout le monde avait la tête rasé. Les jours passent avec les corvées, le balayage du camp, les gardes, les marches, l’appel devant les Japonais et les ordres en japonais. Ils se sont vite habitués à cela, car s'ils ne comprenaient pas, ils étaient battus. Le dossier militaire indique que Goos a été capturé à Djember. Cette ville se trouve à environ 200 km à l'est de Malang.

Novembre 1942

L'internement des femmes et des enfants néerlandais, dont Chrisje et ses trois enfants, Karel, Tineke et Goosje, à Malang et dans les environs, a commencé en novembre 1942. Les femmes et les enfants ont été internés à "De Wijk" (environ 5000 personnes au total) : Savoir qu'entre le moment où Goos est devenu prisonnier de guerre et le mois de novembre, aucun salaire n'a été versé et les comptes bancaires ont été pillés. De nombreuses femmes et enfants ont dû se débrouiller pendant cette période avec le peu qu'il leur restait. Ils échangeaient des biens contre de la nourriture ou de l'argent pour acheter de la nourriture. C'était un vrai calvaire pour Chrisje de retourner chaque centime trois fois. En janvier 1943, environ 2 000 femmes et enfants supplémentaires ont été internés à "De Wijk". Fin 1943 et début 1944, presque toutes les femmes et tous les enfants sont transférés vers le centre de Java (Camp Solo, BandjoeBiroe et Ambarawa dans le cas de Chrisje et de ses enfants).

(G) Ils ont dû laisser derrière eux toutes les choses qu'ils ne pouvaient pas porter ou emporter avec eux. Chrisje a emballé rapidement tout ce qu'elle pouvait prendre avec elle. L'argenterie neuve et d'autres choses ont été jetées dans le puits, en pensant : "qui sait, nous reviendrons peut-être ici". À leur arrivée à De Wijk, ils ont appris que la population local avait volé les maisons avec ce qui restait. Ils y ont vu l'occasion se venger aux Néerlandais. Beaucoup d'entre eux étaient pro-néerlandais. Ceux qui étaient contre, avaient eu de mauvaises expériences dans le passé ou trouvaient la pression des néerlandais trop lourd, et rejoignaient les mouvements nationalistes. L'expérience de Chrisje a été positive car elle a toujours traité tout le monde avec gentillesse, comme on doit le faire avec son prochain. Au début, en 1939, il n'a pas été facile pour elle de s'adapter à la mentalité indonésienne et d'apprendre les coutumes et les habitudes des gens, qui étaient très différentes de celles de l'étranger néerlandais. Et maintenant, après trois ans, elle a été séparée de son mari à cause de la guerre.

Les garçons de plus de 10 ans sont emmenés dans des camps séparés pour garçons où ils sont mis au travail. Chrisje a menti sur l'âge de Karel (il a eu dix ans en 1944) pour éviter d'être séparé de sa famille et de se retrouver dans un camp de garçons.

Voici quelques histoires de témoins qui ont vécu dans les camps :

  • Les Japonais avaient un problème avec les "mains libres". Il pensait que les femmes étaient dans le camp pour leur propre bien, et qu'avec l'aide de la discipline, les fléaux devaient être distribués. Les Japonais avaient appris "comment" frapper. Les Japonais ne comprendraient jamais l'indiscipline des Hollandaises. Chaque ordre, chaque règlement, était saboté par eux à l'avance et même alors ils étaient indignés qu'il les frappe.
  • Après un interrogatoire, il ne restait pas grand-chose d'une femme. Ses cheveux non peignés étaient couverts de sang séché, sa robe avait les mêmes taches brunes. Sur ses jambes, il y avait des marques de sang là où elle avait été battue avec une ceinture.
  • Quand on est enfant, on comprend vite qu'il faut se taire, sinon la mère reçoit une bonne raclée et parfois l'enfant aussi, parce qu'on ne sait pas se taire. L'apprentissage de la maîtrise de soi, que l'on devrait normalement apprendre par le jeu de ses parents, avait pris un sérieux coup, car on apprend les choses par la peur profonde.
  • Si un Japonais arrivait en vue, le premier qui le voyait devait crier "Kiotskéé". S'il passait, il fallait crier : "Kéré", et tout le monde devait s'incliner. Quand il disparaissait, il fallait crier "Naorie", et on pouvait se relever.
  • Les aires de lavage étaient souvent recouvertes d'excréments humains, car les fosses septiques avaient à nouveau été inondées. Surtout à l'époque où le riz était bruni avec des copeaux de bois et où l'on donnait comme nourriture une boule de maïs dur comme de la pierre, tout le camp avait la diarrhée. Dans les fèces, il y aurait de grandes plaques de maïs mélangées à du pus et du sang.
  • Les enfants plus âgés se sont précipités dans les tas d'ordures du camp à la recherche de déchets végétaux, tandis que d'autres jouaient sur l'aire de lavage parmi les étrons, et pourtant ils n'ont pas été malades. Leurs corps étaient imprégnés de bactéries qu'aucune maladie ne pouvait les atteindre.
  • Si vous aviez de la chance, votre mère pouvait encore vous lire un livre d'histoires bien usé. L'enfant n'a pas encore appris à lire, car il n'y avait pas de classes dans le camp, cela était interdit. Entre-temps, l'enfant connaissait le livre et les histoires par cœur.
  • Si vous aviez fait quelque chose d'interdit et que vous vous faisiez prendre, vous étiez attaché à un poteau et deviez rester debout toute la journée sous un soleil de plomb, ou vous deviez vous asseoir à genoux pendant des heures avec un bâton entre les genoux.
  • Certains camps avaient de grandes baraques, où l'on logeait avec trop de gens les uns sur les autres sans aucune intimité et si vous aviez de la chance, vous logiez dans une maison de kampong plus petite. Peu de résidents du camp ont séjourné dans un seul et même endroit. Souvent, les gens sont transférés vers d'autres camps. Ils se déplacent généralement à pied, mais à cause de l'épuisement et de la malnutrition, cela devient aussi une "bataille". Les gens ont perdu de plus en plus de leurs biens. Si vous avez de la chance, vos bagages sont mis dans un camion et arrivent au nouveau camp avant vous. Ils ont ensuite été jetés du camion et se sont éparpillés partout. Tous les objets utilisables qui restaient après toutes les "fouilles de la maison" ont ensuite été volés. Avant de quitter le camp précédent, ils devaient décomposer eux-mêmes les lits et se passer les planches jusqu'à la porte. Afin de faire avancer le travail plus vite, on était parfois frappé sur la tête ou avec une batte.
  • Au printemps ‘45, les colis de la Croix Rouge sont arrivés. Des milliers de femmes et d'enfants vivaient alors pieds nus au soleil. Après quelques heures, le commandant du camp est venu faire un discours en japonais qu'ils n'ont pas compris. Un traducteur a dit plus tard qu'il fallait être reconnaissant que l'empereur du Japon, dans sa bonté, ait permis la distribution de ces colis. Les conserves (cornedbeef, jambon, fromage, etc.) devaient être vidées et remises. Ensuite, il a été divisé entre les résidents du camp. Une boîte a ensuite été divisée entre 12 personnes. C'était juste un peu de tout. Certains sont tombés malades car ils n'étaient pas (plus) habitués à ce genre de nourriture.
  • Les femmes étaient frappés s'ils portaient des chaussures à talons. La plupart d'entre eux marchaient donc pieds nus. Une broche ou un bibelot n'était pas non plus autorisé.
  • La nourriture est mauvaise : le matin, on leur donne une louche d'eau "noire" dans laquelle, avec un peu de chance, flotte une feuille de chou ; le soir, de la bouillie raide. En raison de ce manque de nourriture, toutes sortes de maladies ont rapidement fait leur apparition, notamment la dysenterie bacillaire, dont beaucoup ont été victimes. Les rares médicaments disponibles étaient de grosses pilules noires amères, difficiles à avaler pour un enfant en raison de leur taille. Ces enfants s'affaiblissaient considérablement et rapidement et le taux de mortalité était élevé. Le sucre, le café et le thé n'étaient pas donnés comme punition. On ne savait pas ce qu'on avait fait de mal. On était toujours punis pour quelque chose.
  • Des enfants entreprenants sont partis à la recherche de nourriture. Il y avait toujours quelque chose à voler à la ‘cuisine’
  • Goosje est allé ramasser des coquilles d'escargots derrière la maison des Japonais. Ils les jetaient dehors après les avoir mangés. Goosje les a apportés à sa mère qui a pu en faire un bouillon aqueux.
  • En tout cas, il fallait rester longtemps au soleil lors de l'appel. Les résidents du camp ont ensuite été comptés. En raison de la longue attente debout, certains souffraient de jambes enflées jusqu'à deux fois leur taille, et le soleil éclatant leur donnait des démangeaisons. Les Japonais ne pouvaient pas compter, alors ils ont dû recompter. Parfois, ils restaient debout à l'appel pendant des heures.
  • Un autre fléau était les punaises. Le matin, on les trouvait à peine, mais la nuit, ils se jetaient sur leurs victimes pour se régaler de leur sang. Si tu te frottais les membres, des dizaines de punaises mourraient. Les créatures écrasées dégageaient une odeur dégoûtante.
  • L'eau était rare dans le camp. Les robinets étaient souvent fermés. Si vous aviez de la chance, il y avait un abreuvoir en plein air avec une petite clôture autour. Il y avait généralement de l'eau dans cet abreuvoir et elle était utilisée avec gratitude.
  • Les gens devaient aussi travailler dans le camp. Creusez une parcelle de terrain pour faire pousser des légumes. Le sol était dur et ferme et il n'y avait pas d'outils. La plupart des travaux devaient être effectués avec les mains ou avec une fourchette. Enfant, Goosje devait "battre les mottes de terre".
  • La contrebande avait lieu à la lisière du camp où se trouvaient (parfois) des murs à moitié érigés ou des barbelés. Des vêtements ou d'autres articles étaient échangés contre de la nourriture.
  • Il y a eu de fréquentes recherches de maison en conséquence. Les chambres ont dû être vidées et les valises ouvertes. Chacun a essayé de cacher ses biens les plus précieux.
  • Beaucoup sont morts, adultes et enfants. Il n'y avait pas assez de cercueils pour les enterrer. Parfois, cinq personnes à la fois étaient chargées dans une caisse en bambou et conduites dans un chariot jusqu'à la porte sans aucune cérémonie. Personne ne sait où.

8 janvier 1943

Après 9 mois d'internement à Java (Djember), Goos est transféré par train au camp : Kampong Makassar à Batavia, au sud de la Rue Meester Cornelis, à l'est de la route de Buitenzorg. Pendant cette période, il a été un camp de prisonniers de guerre (avril 1942 - janvier 1945), puis un camp de femmes (janvier 1945 - août 1945). Commandant du camp ; Capitaine Tanaka. Les gardes du camp étaient des soldats japonais et des Coréens. Le camp était logé dans des baraques en bambou avec toit, entourées de gedèk et de barbelés.

15 janvier 1943

Goos a été mis sur un transport vers Singapour (au total 1350 prisonniers de guerre du camp ce jour-là) avec le navire Harugiku M2. Un total de 3188 prisonniers de guerre néerlandais à bord, qui étaient entassés et tassés dans les cales comme du bétail, sans nourriture, sans boisson et sans installations sanitaires. Pendant la traversée de la mer de Java, aucun navire n'a été vu, pas même un navire d'escorte. Ce transport est connu sous le nom de Java Party 9, le 9e  transport de prisonniers de guerre qui a quitté Java. Beaucoup n'ont pas survécu à cette traversée à cause de la dysenterie, de l'épuisement, de la faim et de la soif.

18 janvier 1943

Goos arrive à Singapour après trois jours en mer.

19 janvier 1943

Le lendemain, les prisonniers de guerre sont transférés par camions au camp de Changi.

La prison originale de Changi a servi de camp de prisonniers de guerre japonais pour les prisonniers alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. La porte originale, une section du mur et les tours de guet ont été déclarées 72e monument national de Singapour.

 2 février 1943

Deux semaines plus tard, Goos est emmené par le train de transport n° 45 (une distance de plus de 2500 km) au Siam (Thaïlande) : Ban Pong compte au total 625 Néerlandais ce jour-là. Il s'agit de la 1e  station du chemin de fer de Birmanie. Les premiers groupes de Hollandais arrivent en janvier 1943 et se rendent à Tarsao et Kinsayok pour poursuivre la construction du chemin de fer (la première partie a été construite par les Britanniques, qui se sont rendus en Thaïlande de juin à décembre 1942). Plus on arrivait tard, plus on devait travailler plus loin sur le trajet.

Photo de mariage de Chrisje et Goos

Pris à Port Saïd. A gauche Goos et 2ème Chrisje, avec un collègue et sa femme et leurs 2 enfants

Goos, Willem et Kareltje

 Kareltje

Chrisje avec le babou. Vêtements militaires suspendus pour sécher sur la corde à linge

Tineke âgé de 9 jours

Tineke 5 mois

Kareltje et Tineke âgés de 5 mois

Chrisje et Tineke

Goosje, Chrisje, Tinneke et Kareltje, une des dernières photos d'avant-guerre

Goos sur sa moto

Carte d'internalisation Goosen Reijs

Kampong Makassar

source wikipedia

Harugiku Maru 2

soiurce  powerresearch.jp

Changi-Kamp à Singapore

À propos de la ligne Burma

Durant l'occupation japonaise de l'Asie du Sud-Est pendant la Seconde Guerre mondiale, des dizaines de milliers de prisonniers de guerre alliés ont construit une ligne de chemin de fer de plus de 400 kilomètres de long à travers le Siam et la Birmanie. Ils travaillaient exclusivement avec des équipements primitifs, dans des conditions inhumaines et à un rythme meurtrier. Dans cet enfer, 3 000 Néerlandais sont morts, entre autres, déportés des anciennes Indes orientales néerlandaises. Pour le Japon, il s'agissait d'une connexion stratégique importante, alors que la route maritime était devenue trop dangereuse. La majorité des travailleurs forcés n'ont pas survécu à la construction du chemin de fer de Birmanie. En décembre 1941, les Japonais commencent leur avancée. Après de violents combats, ils ont vaincu les Britanniques l'année suivante et ont conquis Singapour et les Indes orientales néerlandaises. À la recherche d'une voie d'approvisionnement plus sûre entre la Birmani et le Siam (aujourd'hui Thaïlande), ils ont construit le chemin de fer de la Birmanie, notoirement connu sous le nom de ‘chemin de fer de la mort’. Ils voulaient également utiliser le chemin de fer pour préparer une attaque contre l'Inde. Par le rail, les troupes pouvaient être amenées plus facilement. La décision de construire le chemin de fer a été prise après la défaite décisive de la marine japonaise dans la bataille de Midway en juin 1942, qui signifiait qu'elle avait perdu sa supériorité en mer.

En 1942/1943, les Japonais ont mis 68 000 prisonniers de guerre et travailleurs forcés au travail pour construire cette voie ferrée. Les Britanniques avaient envisagé de le construire dès 1910, mais ont rapidement abandonné le projet en raison du terrain montagneux et de la chaleur tropicale. Les Britanniques, Australiens, Néo-Zélandais, Américains, Danois et Néerlandais capturés étaient utilisés comme travailleurs forcés, ou plus exactement comme esclaves. Jour après jour, ils ont été poussés dans leurs derniers retranchements pour achever au plus vite la construction de la ligne de chemin de fer, longue de 415 kilomètres : 263 au Siam et 152 en Birmanie. Outre les prisonniers de guerre, plus de 200 000 travailleurs asiatiques, Chinois, Tamouls et Indiens, recrutés sous de faux prétextes, ont été utilisés. A partir de juin 1942, deux équipes des points terminaux - Ban Pong au Siam et Thanbuyuzayat en Birmanie - travaillent ensemble. Tous les prisonniers de guerre sont répartis en groupes dans les nombreux camps installés le long des rivières Kwai Yai et Kwai Noi. Dès qu'un tronçon était terminé, les prisonniers étaient envoyés dans un autre camp pour le tronçon suivant, d'abord à pied jusqu'à cent kilomètres, puis en train au fur et à mesure de l'avancement du chemin de fer. Plusieurs ponts ont été nécessaires. À Konyu, ils ont dû couper à travers une chaîne de montagnes. Ils travaillaient jour et nuit, certains prisonniers de guerre pouvant travailler jusqu'à dix-huit heures d'affilée. La nuit, des torches imbibées de gazole étaient allumées. Vu d'en haut, la découpe des rochers ressemblaient à des scènes de l'enfer, c'est pourquoi les Australiens l'ont appelé Hellfire Pass. Cette section de seulement cinq kilomètres a payé le plus lourd tribut. Des centaines de travailleurs forcés sont morts du choléra, d'infections, de blessures, d'épuisement et d'autres maladies ; beaucoup sont également morts de violences physiques. Seuls 300 des 1 000 ouvriers ont survécu au brasier. Le 17 octobre 1943, les chemins de fer de la Thaïlande et de la Birmanie sont reliés et, après seulement seize mois, la ligne Birmanie-Siam est achevée, alors qu'en 1910, les ingénieurs britanniques avaient calculé que la construction prendrait au moins cinq ans. Le prix à payer pour cette rapidité était élevé : on estime que 15 000 prisonniers de guerre alliés et 80 000 Asiatiques ont perdu la vie à cause de la maladie, de la malnutrition, de l'épuisement et des mauvais traitements. Cela représente 38 décès par kilomètre. Parmi eux se trouvaient au moins 3 000 soldats néerlandais. Une fois les travaux terminés, les prisonniers devaient s'occuper de l'entretien et réparer les dégâts causés par les bombardiers alliés, qui ont également fait des morts et des blessés, puisque les tranchées de travail étaient situées à proximité de points vitaux. Après la libération, beaucoup sont restés marqués physiquement et mentalement.

Goos a fini au quartier général du département II à Chungkai Siam. Ce camp se trouvait à 57 km de Non Pladuk, au confluent des deux grandes rivières, la Mae Khlaung et la Khwae Noi. Ce camp était le quartier général du Groupe II. Ce camp était d'abord un camp de travail (10 baraquements) à l'époque où Goos est arrivé ici, puis un grand camp hospitalier avec de nombreux malades, qui revenaient des camps de travail situés plus haut le long de la voie ferrée. Il s'agissait également d'un camp de transit pour les hommes qui se rendaient dans les camps de travail supérieurs. Beaucoup plus tard, en fonction de l'avancement des activités, il a été transféré au quartier général du département IV et, beaucoup plus tard, de nouveau au département II ;

 Rapport du journal de Goosen :

(Épelant le nom Reys en japonais)

R-aar, E-iej, Y-oewei, S-es

(Reijs est en fait avec ij, mais le I se prononce comme 'watshi wa' et le J comme 'djè'. Ainsi, avec le Y grec, il s'écrit plus court de cette façon)

1943

7 février 1943 : arrivée après 3 km de marche, au bivouac du camp Tjoengkai ou Tjaikoen (Chungkai).

 Les 14e ont poursuivi leur route, marchant pendant 3 jours.

 Combien de kilos est-ce que je pèse ?

17 février Malade de l'estomac. 3 jours de marche. Arrivée au camp fixe Travail ferroviaire, mauvaise nourriture.

25 février dans le même camp.

1e Mars : jour de repos.

10 mars repos. Le chemin de fer est terminé.

13 mars retour dans un autre camp. 10 jours de repos. Préparation du prochain camp.

17 mars Camp à +/- 100 km plus loin. (Section IV)

21 mars à un autre camp situé à 30 km. Pont fait +/- 1 mois.

26 avril, Lundi Pâques, départ pour un autre camp à 4 jours de marche.

1er mai au King Jajar, encore une fois mal au ventre.

Aujourd'hui le 20e , toujours au même endroit.

Le 30 mai : l anniversaire de Tineke, et je l'ai commémoré avec une tasse de café supplémentaire.

3 juin on descend, Hôpital Tjoenkai (Chungkai)

Juillet pas encore guéri

1 août sortie l'hôpital

Septembre à l'hôpital

Octobre " "

Déjà 3 mois dans l'amoubie’, baraquement F.

(Dysenterie Emoubic : une maladie essentiellement tropicale, dans les régions où l'assainissement est insuffisant. L'infection peut se produire par l'intermédiaire d'eau ou d'aliments contaminés ou par contamination féco-orale. Le parasite provoque des troubles gastro-intestinaux et hépatiques : crampes abdominales et diarrhées sanglantes, parfois de la fièvre).

2 novembre Passez les jours à attraper du poisson, cela me donnera une autre apetit. Combien de temps encore ?

5 décembre St Nicolas, a reçu 2 cartes postales en cadeau.

1944

14 février : anniversaire commémoré (de Chrisje)

29 mars 1944 très chaud, 162gr au soleil, 112 à l'ombre (pourquoi en fahrenheit ? est resp. 72°C au soleil et 44°C à l'ombre)

28 avril une lettre de toutes les femmes de Java qui n'ont pas reçu de courrier

1er mai Toujours dans l'amibe (Dysenterie Emoubic) hier attrapé 100 poissons  

19 mai départ de Chungkai

20 mai arrivée à Bampang, 'non combattant' voyage misérable. (Ban Pong et en tant que non combattant)

Ban Pong était le point final du voyage en train depuis Singapour. Ce camp était un camp de réhabilitation pour les hommes qui revenaient des camps de travail le long de la ligne de chemin de fer. Le camp se trouvait à environ une demi-heure de marche de la gare (environ 1,5 km).

23 mai Barang (marchandises) de la Croix-Rouge a reçu 20 cigarettes et quelques boîtes de conserve.

27 Mai ;a des ulcères tropicales pour changer. Argent de poche  par homme 6 centimes

1 à 10 Chine : 一 二 三 四 五 六 七 八 九 十

En japonais. Itsi, ni san, si, ko, rokoe, nana, hatsi, kioew, djoe.

Ca à l’air moche.

10-20-30 etc à 100 en japonais : Djoe, nidjoe, sandjoe, jongdjoe, kaatjoe, roku djoe, nana djoe, hadji djoe, kioe djoe, tjakoe.

  • kates et gulèbas tomolawak' = Paludisme
  • Simaruba = ventre

30 mai Commémoré Tineke. Combien de temps encore en captivité. Maintenant on à un beau camp, fait en plus pour les malades, des toilettes, de bonnes baraques, un bon espace pour se laver, tout va bien aussi. Au moins, maintenant, on fait un peu attention à nous. Il était temps.

C'est probablement le camp de Nakhon-Pathom. Le camp était un camp hospitalier depuis février 1944, le plus grand de la région de tout le chemin de fer de Birmanie. Elle s'est finalement composée de 50 huttes pour 200 hommes chacune. Pendant une certaine période, ce camp a été un camp modèle pour une inspection de la Croix-Rouge internationale : pendant cette période, pas de cris, pas de coups par les gardes, pas de courbettes devant les Japonais et les gardes. Ceux qui étaient dans ce camp n'avaient pas d'obligations ferroviaires, seulement des corvées dans le camp.

Le 1er septembre, toujours dans le même camp, boire de ‘Gras et de la dudue’, la fin approche.

19 Octobre, combien de temps encore, c'est maintenant 3e anniversaire de l'année en captivité, l'espoir de passer les 4e confortable à la maison.

Estonie - Revel (c'était la capitale jusqu'en 1918)

France - Paris

Allemagne - Berlin

Italie - Rome

Espagne - Madrid

Belgique - Bruxelles

Pays-Bas - Amsterdam

Danemark - Copenhague

Suisse - Berne

Grèce - Athènes

Autriche - Vienne

Hongrie - Budapest

Turquie - Istanbul

Albanie - Tirana

Yougoslavie - Belgrade

Bulgarie - Sofia

Roumanie - Bucarest

Tchécoslovaquie - Prague

Russie - Varsovie

Lituanie - Kovno (capitale jusqu'en juin 1940, aujourd'hui Vilnius)

Lettonie - Riga

Maintenant, gagnez un peu plus avec "bajen" ( ?), la cuisine +/- 30 centimes par jour.

14 Novembre : transferer à ‘convelicion’, travail demi journée à 12½ centimes par jour

(Convalescence ; Période de transition entre la fin d'une maladie et de son traitement et le retour du patient à une bonne santé physique et mentale. Reprise de l'activité encore vulnérable après la récession)

29 novembre 14 jours avec paludisme 9-19-5

Novembre-décembre  jusqu'à 15e le 28 décembre de nouveau, à 29/12/44, mon poids est 78½

 1945

1-3-4 janvier : Paludisme

8-9-10-11-12 Janvier : Paludisme

19 janvier, 75 kg

20-28 janvier, puis de nombreuses autres attaques. (Janvier:1-8-20-29 paludisme).

Je reçois un "Kondjo" anglais, une sensation très désagréable. (Quelqu'un veut faire l'amour avec lui, ou avoir fait l'amour avec lui ?)

Je suis interné à...

Ma santé est...

2 février : envoyer une carte

 Le 2 février 1945, le dossier militaire indique que Goos a été promu au rang de caporal.

7-21 février Pas de quinine

14 février Commémoré Chrisje  

2 Mars cure terminée, frais de ménage 12 cents par jour.

17 mars  'sukna' avec pustules et 'schibius'.

27 mars finit le cure de quinine

23 avril fin du traitement du paludisme

13 mai  réception d’une carte

13 avril je suis Infirmier  

26 mai mangé du bacon

23 juin Départ de Nakompanton (Nakhon Pathom)

30 juin dans la brousse, je me suis fait piquer par une abeille. Alerte aérienne en permanence.

23 août retour de la brousse. Le changement est très bien, bonne nourriture et boisson, beaucoup de tout.

A partir de cette date, il n'y aura plus d'écriture. Goos commémore les anniversaires de sa femme et de sa fille, mais pas ceux de ses deux fils...

Wim Kan, un comédien qui se trouvait également dans les camps du chemin de fer birmane, avait plus de talent pour l'écriture et ses mémoires de cette période ont été publiées dans un livre. Voici quelques-unes des expériences de Wim Kan pour donner une meilleure idée du bref journal de mon grand-père.

Il est difficile de savoir quand et où Goos était dans le camp avec Wim Kan, mais il est certain qu'ils étaient ensemble. Goos a assisté à des représentations de Wim Kan, probablement à Nakhon Pathom.

6 août 1945

Les Américains ont lâché une énorme bombe sur le Japon. Il s'agissait, comme on l'a entendu plus tard, de la bombe atomique appelée Little Boy, larguée par le bombardier Enola Gay sur Hiroshima. Elle a été suivie, le 9 août 1945, par une deuxième bombe atomique, appelée Fat Man, larguée sur Nagasaki. Ces bombes ont contraint les Japonais à capituler le 15 août 1945.

15 août 1945

De nombreux prisonniers de guerre sont "libérés" (sur le papier) de leur captivité, et affectés à la Tpn.Co à Kanburry (Siam).

Wim Kan :

16 août '45 : Aujourd'hui est un jour étrange. Hier, nous avons eu toute la journée de congé pour pouvoir répéter pendant la journée. 9 heures : appel. On à attendu longtemps. Puis, après 20 minutes, le Japonais. Qui a regardé le 1e section, s'est éloigné et a dit "merci", plus tard il est apparu que ce Japonais a été appelé par le capitaine. 9h30 : l'argent de la cantine a été converti en nourriture. Il a complètement perdu la tête. Il paraît qu'on a un festin cette nuit-là. Pourquoi ? Tout le monde est excité. Tu deviendrais toujours fou après 3½ ans de captivité ? Pendant la journée, j'ai entendu des rumeurs selon lesquelles c'était terminé. 19h : Le Japonais Le colonel dit par l'interprète qu'il y a un armistice. "La guerre est terminée sur tous les fronts. Nous ne sommes plus prisonniers de guerre, nous pourrons quitter le camp et devrons le garder nous-mêmes maintenant. A l'extérieur, quelques Japonais restent. Les stocks du camp sont à votre disposition, mais vous devrez rester ici pendant un certain temps. "Prenez bien soin de votre santé et des papayers. Et les papayes ! Et ainsi se termine une guerre mondiale. N'est-ce pas merveilleux ? Si je n'étais pas si heureuse, je pense que je pleurerais tout le temps. C'est fini. 16 août 1945. J'ai été 3 ans, 5 mois et 3 jours P.O.W (prisonnier de guerre), soit 1250 jours ! Drôle de chiffre rond... C'est terminé. C'est terminé. Hourra !

8 novembre 1945 Wim Kan retrouve sa femme pour la première fois à l'hôtel Thailand. Sa femme était déjà arrivée à Singapour à la fin du mois d'octobre. Les prisonniers de guerre néerlandais restaient dans les camps pendant des mois. Avec les Britanniques, les baisses de nourriture qui avaient eu lieu depuis la "libération" disparaissent également, de sorte qu'il n'y a pratiquement aucun changement réel après la libération. Wim Kan fait le tour des camps dans un camion ouvert avec ses collègues et sa femme. Beaucoup vivent encore dans les huttes qu'ils avaient construites sous la domination japonaise. Certains hommes n'ont toujours pas de nouvelles de leurs femmes ; s'ils en ont, c'est parfois l'annonce d'un décès. Wim Kan a continué ses performances jusqu'à sa 49e crise de paludisme. Le 1er mars 1946, il arrive à l'aéroport de Schiphol (le chanceux, il a pu prendre l’avion).

Emma, la première épouse de Goos, est décédée le 24 janvier 1943 à l'âge de 27 ans dans un camp à Batavia. Il y avait deux grands camps de femmes, Tjideng et Kramat, avec un total de 5700 personnes, mais peut-être Emma était-elle dans un camp ‘extérieur’, on ne le sait pas. Sa mort n'a été signalée que très tard après la libération, le 5 juillet 1946, par un fonctionnaire de justice. Sa dernière résidence avant l'internement était Tjimahi où elle vivait avec son 2e mari Johann Diederich Bruijntjes (né le 15/11/1914), Willemstraat H65 à Tjimahi. Johann était également un soldat KNIL à la caserne de Tjimahi et également un artilleur. Probablement que Goos connaissait Johann, mais je ne fais que supposer.

Wim van de Veer est marié à Annie, une jeune sœur de Goos, et est planteur dans les Indes orientales néerlandaises. Lui aussi n'a pas survécu à la guerre et est mort dans un camp. Sa femme Annie était dans un camp de femmes et a été abusé par les Japonais. Elle est décédée en 1994 à l'âge de 78 ans dans un foyer pour malades mentaux. Elle ne s'est jamais remise de ses expériences de guerre et de ses abus.

Jetje Dusseljee a passé la guerre avec ses enfants chez ses parents à Salatiga. Ils se sont cachés là-bas pendant toute la guerre. Après la libération, ils ont été emmenés pour leur propre sécurité au camp d’Ambarawa, qui était gardé par les Gurkhas. Les membres de la famille Wallenburg étaient alors : Twi Nio : la grand-mère d'Ad, Pop : la sœur de la mère d'Ad, Bennie et Theo : les frères de la mère d'Ad. Les autres frères de Grand-mère Dusseljee avaient déjà quitté la maison. Twi Nio a choisi avec ses 2 jeunes enfants Bennie et Theo la nationalité indonésienne et a pu quitter le camp, Theo et Bennie ont fini plus tard dans un orphelinat. Henk a été interné en Indochine selon le dossier militaire, mais il s'agissait probablement de la Birmanie et du Siam. Il retourne à Batavia le 15 mai 1946, où il obtient immédiatement un nouveau placement. Il retrouve sa femme et ses enfants et un an plus tard, le 22 juin 1947, il part en permission aux Pays-Bas pour quatre mois. Ils sont restés chez le frère de Père Dusseljee, Janus, et sa femme Toos. D'abord pendant un court moment dans la Vondelstraat et ensuite dans l'hôtel café Suisse en face de la Notre Dame de Breda. Père Dusseljee a ensuite également suivi des cours au KMA (Académie Royale Militaire) pour retourner dans les Indes orientales néerlandaises après son congé.

Après la chute de la bombe nucléaire, la communication depuis et vers le monde extérieur a également commencé.

Le 22 septembre 1945, la Croix-Rouge reçoit une demande des Pays-Bas indiquant que le père van der Heijden recherche sa fille, et le 9 octobre 1945, une demande du père Reijs indiquant qu'il recherche son fils Goos.

La libération des camps.

En l'espace de trois ans (42-45), les Japonais ont réussi à modifier profondément la structure de la société indonésienne en mobilisant la population et en créant de nombreuses organisations dans lesquelles les jeunes et les moins jeunes étaient formés et apprenaient la discipline japonaise. À la fin de la guerre, les nationalistes disposent d'un cadre combatif, orienté vers l'Occident, qui n'attendra pas que les Néerlandais apparaissent sur la scène pour reprendre l'administration de leur colonie, mais exigera la liberté pour l’indonésie. Depuis la proclamation de la République d'Indonésie le 17 août 1945, les Indonésiens, sans être gênés par les Japonais, se sont employés à mettre en place des organisations républicaines et des forces de sécurité. (A Sumatra, les nationalistes indonésiens étaient moins militants qu'à Java).

En raison de la capitulation japonaise, d'une rapidité inattendue, et de l'absence de pouvoir, les Pays-Bas ont dû compter sur l'aide de leurs alliés afin de venir en aide aux victimes de la guerre et de pouvoir s'engager sur la voie du rétablissement de l'autorité. Contrairement à ce qui s'est passé pendant la guerre, les Pays-Bas devront compter principalement sur la Grande-Bretagne, sous la direction de Lord Mountbatten. (Gouverneur général des Indes orientales britanniques). Juste avant l'arrivée des troupes britanniques, le 29 septembre 1945, celles-ci ont tenté de reprendre aux Japonais le plus de pouvoir et d'armes possibles. L'arrivée des Britanniques a entraîné une période de violence (Bersiap) sur Java et Sumatra.

La majorité des internés, des civils et des prisonniers de guerre n'ont pas été officiellement informés par les Japonais de la capitulation japonaise avant la fin août 1945. La première opération consiste à larguer des pamphlets au-dessus des camps, appelée opération "cage à oiseaux", dans laquelle les Japonais sont appelés à fournir une assistance et les prisonniers de guerre et les internés sont invités à attendre dans les camps l'aide des alliés. Le rapatriement aux Pays-Bas des prisonniers néerlandais de l'archipel n'était prévu que pour le moment, pour ceux qui, pour des raisons médicales, ne pouvaient plus travailler sous les tropiques. Le gouvernement indonésien tenait à ce que le plus grand nombre possible d'anciens détenus néerlandais restent, notamment parce que c’était leur maison. Mais les organisations de secours ont été confrontées à un nombre inattendu de prisonniers de guerre et de civils internés, hommes, femmes et enfants, ainsi qu'au déclenchement de la lutte pour l'indépendance de l'Indonésie (Bersiap). Plus de 60 000 personnes, rien que sur Java, se trouvaient dans des conditions déplorables, gravement mal nourries et malades. Les conditions de vie dans les camps étaient très mauvaises, notamment en raison du manque d'intimité et d'hygiène. Malgré les terribles conditions de vie dans les camps, Lord Mountbatten a décidé que les gens devaient rester dans les camps jusqu'à ce qu'une aide adéquate puisse être fournie. Il était très dangereux de sortir des camps, notamment parce que les internés n'avaient absolument pas d'argent pour vivre. Les maisons étaient toutes occupées ; des Japonais ou des Indonésiens y vivaient (encore).

Les grands camps de femmes d'Ambarawa et de Banjoebiroe, cependant, étaient très difficiles à atteindre en raison du mauvais état des routes et du manque de moyens de transport, et ont entravé la rapidité des secours et de l'évacuation des anciens internés. Les commandants japonais locaux ont été invités à coopérer pour garder et fournir de la nourriture aux camps. Il n'y a pratiquement aucune résistance de la part des Japonais, mais la résistance indonésienne au retour des Néerlandais augmente rapidement. La violence à Java contre les Hollandais et les Indo-Européens qui à éclaté à la mi-octobre était imparable. Un boycott alimentaire contre tous les Européens a été déclaré. L'approvisionnement en eau et en électricité a été coupé, les convois de nourriture ont été attaqués, et la situation dans les camps menaçait de devenir intenable.

Sur Java, il attendait les forces d'occupation britanniques. Dès leur arrivée, la paix et l'ordre pouvaient être suffisamment garantis. Ce n'est que le 1er décembre que les Britanniques maîtrisent réellement la situation et que l'évacuation peut commencer. Il a été décidé d'évacuer le plus grand nombre possible d'internés vers des camps de réception en dehors de Java, ou si possible directement vers les Pays-Bas. En décembre 1945, l'évacuation de quelque 25 000 anciens internés d'Ambarawa et de Bandjoebiroe vers diverses destinations a commencé : Batavia, Australie, Singapour, Ceylan, Bangkok et les Pays-Bas. Le plus grand nombre de personnes possible a été évacué vers Bangkok et Ceylan pour le regroupement familial, et de là, elles ont été transférées aux Pays-Bas. (À Java, à la veille de la capitulation, la partie néerlandaise pensait devoir s'occuper de 8 000 prisonniers de guerre néerlandais et de 40 000 internés civils, mais à la mi-décembre 1945, le nombre de personnes à prendre en charge sur la seule île de Java était passé à 204 050, dont 68 200 se trouvaient encore dans les camps ! (Sumatra : près de 32 000 personnes) Certains n'ont pu être "libérés" du camp que 6 mois après la libération.

La libération des soldats du KNIL

L'accueil et le rapatriement des prisonniers de guerre néerlandais de la guerre du Pacifique ont été une affaire traînante. En février 1946, par exemple, des milliers de prisonniers de guerre néerlandais attendaient encore dans des camps en lambeaux le long de la ligne ferroviaire Birmanie-Siam. Ils se sont appelés les Prisonniers de la Paix. Lorsque le Japon cède le 15 août 1945, 30 824 soldats de KNIL et 3 199 Marines Royal sont encore en vie sur un total de 42 233 soldats, principalement néerlandais, qui avaient été faits prisonniers par les Japonais en 1942. Avant cela, 8 200 d'entre eux avaient succombé entre les roues de la machine de guerre japonaise. Le 28 août 1945, l'opération "cage à oiseaux" (Birdcage) débute en Thaïlande, en Malaisie et dans le sud de l'Indochine. Les prisonniers de guerre ont ainsi reçu la confirmation alliée de la capitulation japonaise, la demande de rester ensemble dans les camps, et l'annonce de largages de nourriture et de l'arrivée d'aide. Le message de la capitulation japonaise leur est généralement parvenu entre le 15 et le 21 août. Cela a généralement conduit à un changement de garde, parfois accompagné d'incidents mineurs, et à une amélioration de l'approvisionnement alimentaire japonais. L'inquiétude grandit quant à la poursuite de leur séjour dans les camps japonais et au sort de leurs familles dans les Indes orientales.

En Thaïlande, les prisonniers de guerre se sont finalement concentrés -par chemin de fer- dans les camps les plus accessibles et ont directement établi leur quartier général à Bangkok. La plus grande insatisfaction était de devoir attendre pendant que la famille dans les Indes orientales étaient sous le feu. Au total, en janvier 1946, il y avait donc encore plus de 9 000 prisonniers de guerre qui attendaient dans les camps en Thaïlande et environ 6 300 à Singapour. Leur situation a changé au cours des mois de novembre et décembre 1945, dans la mesure où ils ont été rejoints par plus de 17 000 femmes et enfants de Java. Ils sont arrivés par des bateaux anglais. Beaucoup d'entre eux sont arrivés là après des années d'internement et d'appauvrissement et, en raison de leur départ précipité, littéralement "sur une chaussure et une pantoufle". Presque tous ont été hébergés en urgence dans d'anciens camps japonais ou dans des camps nouvellement construits. L'arrivée des personnes évacuées a également signifié qu'elles étaient enfin réunies avec leurs familles, bien que d'une manière complètement différente - et parfois pour une durée plus courte - que ce qui avait été prévu. Au mieux, un certain nombre de familles étaient entassées dans une maison à Bangkok ou à Singapour. Mais la plupart d'entre eux devaient se contenter d'une "chambre cloisonnée" dans une baraque, et pour beaucoup, ce n'était même pas possible. Ils ont dû vivre séparés de leurs conjoints. Les archives n'ont pas permis de déterminer combien d'anciens prisonniers de guerre de l'archipel ont été rapatriés aux Pays-Bas.

En Thaïlande et à Singapour, on estime que respectivement 2 000 et au moins 2 300 prisonniers de guerre ont été rejetés pour tout service dans l'archipel et inscrits sur la liste de rapatriement pour les Pays-Bas. La manière dont les critères de rapatriement aux Pays-Bas – nationalité néerlandaise, condition médicale et fonction sociale - ont été testés dans la pratique a donné lieu à des critiques. En Thaïlande, par exemple, les examens médicaux ont été considérés avec désapprobation. Le chef du comité d'examen aurait approuvé de nombreux hommes injustement !

De décembre 45 à début mars 46, environ 21 500 personnes sont amenées aux Pays-Bas, soit moins de la moitié du nombre prévu. Les personnes les plus à risque et les plus faibles avaient la priorité absolue. Cela signifie que la priorité a été donnée à Java, puis à Sumatra. Puis vint Singapour. La Thaïlande (après Ceylan) a été la dernière. La priorité absolue a été donnée au transport des troupes néerlandaises vers l'archipel, en utilisant les mêmes navires que ceux qui ont servi à transporter les rapatriés aux Pays-Bas. Ce problème d'espace de transport et la priorité militair-politique des transports ont fait que de nombreux ex-prisonniers de guerre (et leurs familles), notamment en Thaïlande, qui étaient les derniers sur la liste, ont dû poursuivre leur exercice dans la passivité. Au mois de mai, il y avait encore 3 500 hommes en Thaïlande qui attendaient d'être expédiés aux Pays-Bas (ou aux Indes orientales néerlandaises). Jusqu'en juillet 1946, les camps situés dans les plaines autour de Bangkok ont continué à offrir un abri aux ex-prisonniers de guerre néerlandais. En août 46, un an après la capitulation japonaise, les derniers ont quitté Bangkok pour les Pays-Bas.

1943 / 1944 / 1945

Chrisje s'est retrouvée avec ses enfants dans différents camps sur l'île de Java. De novembre 42 à décembre 43, elle est restée un an à De Wijk. De décembre 43 à mai 45, 1½ an à Solo (l'ancien hôpital) et de mai 45 à décembre environ 7 mois à Bandjoebiroe-10. Le 1er décembre, ils (au total environ 1'500 personnes) partent pour Ambarawa jusqu'au 5 décembre '45 où Goosje est resté à l'infirmerie. Le 5 décembre, ils partent pour Semarang (Camp Halmaheira) jusqu'au 16 décembre pour environ 10 jours avant de partir le 25 décembre pour Siam/Bangkok dans le Camp Wilhelmina de Nakhon Pathom. Je trouve Chrisje sur la liste de BandjoeBiroe 10 : Reys-van der Heyden, C.E., sous le numéro 3745 situé dans la 'Cellule' B4 avec 3 enfants.

Goos junior se rappelle qu'ils ont été "libérés" par les Gurkhas. Il s'agit d'un peuple originaire du Népal et du nord de l'État indien du Bengale occidental, qui était au service de l'armée britannique. Il se souvient encore du magnifique turban qu'ils portaient. Je trouve Chrisje avec ses enfants dans les archives de la Croix-Rouge des Indes orientales néerlandaises établies le 17-11-1945. Elle figure sur la liste de libération de Bandjoebiroe 10, avec 2'694 autres prisonniers. Dans les camps, elle a également rencontré Mme Leen Deeken, qui y était internée avec ses filles Lenie, Astrid et Marian. Marian avait à peu près le même âge que Goosje et elles jouaient ensemble régulièrement. Son mari était dans un camp pour hommes (je pense qu'il était enseignant) et le fils aîné était dans un camp pour garçons. Tante Leen ne les a jamais revu.

Après la libération, tante leen est immédiatement retournée en bateau aux Pays-Bas et Chrisje est restée amie avec elle pour le reste de leur vie. Chrisje et sa famille rejoignent le voyage entre Bandjoebiroe et Ambarawa. Là, Goosje va directement à l'hôpital, il est mal en point et souffre de béri-béri. Les gens s'y rendaient à pied ou en camion ouvert ; dans des circonstances normales, la distance entre ces camps n'était pas grande. Mais à cause des bombardements, les routes étaient mauvaises, il y avait des cratères sur les routes. Les arrêts étaient également fréquents. Les soldats britanniques ou Ghurkas qui les accompagnaient vérifiaient que tout était sûr et qu'il n'y avait pas d'embuscades. Tout le monde avait peur en ces temps de Bersiap.

Il y avait une grande cour dans ce camp. A l'arrivée, il y avait des déchets, de la saleté, des cadavres en état de décomposition partout ! Une expérience terrible ; surtout la puanteur. Vous ne pouvez pas l'imaginer si vous ne l'avez pas vu et senti vous-même. Avec des chiffons devant la bouche, ils ont commencé à nettoyer pour éviter le danger d'infection et d'autres maladies. À l'extérieur du camp, il y avait également des cadavres qui ne pouvaient pas être nettoyés en raison de la menace des Peloppers (nationalistes), qui rôdaient à l'extérieur du camp. Goos junior était mal en point, à cause d'une carence en vitamines (Beri-Beri), du manque de nourriture en général, et c'était bien sûr le cas pour tout le monde. Goos n'a pas vécu consciemment le passage entre les deux camps. Il a fini à l'infirmerie. Il peut encore sentir l'odeur des personnes mortes, mais à part cela, Goosje n'a pas beaucoup de souvenirs d'Ambarawa à cause de cela.

5/8 décembre 1945 : L'évacuation vers Semarang, camp Halmaheira :

Elle a commencé tôt le matin pour éviter la chaleur de la journée. La nuit précédente, des camions entraient déjà dans le camp. Des matelas ont été placés dans les caisses des camions, ainsi que debout contre les parois latérales pour se protéger des attaques. Les soldats donnaient un sentiment de protection même si tout le monde avait peur et vivait dans la crainte. La colonne était accompagnée de voitures blindées et de mitrailleuses. Ici aussi, le danger des snipers guettait. Il y avait eu une attaque à la grenade et des morts avaient été trouvés dans une caisse de chargement. Il y avait aussi des cadavres gisant sur le bord de la route, et l'air ambiant était insupportable. À Semarang, c'était relativement sûr. Ici, les Britanniques étaient déjà arrivés le 20 octobre 1945. Ce camp était constitué d'une centaine de maisons situées dans la rue Halmaheira, à l'est de Semarang. Cette rue est mentionnée sur le plan de ville de Semarang dans l’Atlas de la ville des Indes orientales.

De Semarang, la petite famille est partie le 25 décembre sur le bateau anglais S.S. Lake Charles of Victory à destination de Bangkok pour une "réunion de famille", car Goos était au Siam en tant que prisonnier de guerre libéré. Pendant les trois années d'internement dans les camps, de nombreux effets personnels ont été perdus, y compris les albums de photos. Toutes les photos d'avant-guerre ont ensuite été demandées à la famille aux Pays-Bas et des copies ont été faites après la guerre.

Goos et Chrisje se retrouvent au Siam (Thaïlande). Chrisje et ses enfants sont placés dans l'ancien camp japonais de Nakhon Pathon, (les 3 premiers mois dans le 'Julianadorp') où Goos a été emprisonné quelque temps auparavant. Il y avait ici de longues baraques avec des cloisons, afin que chaque famille ait un peu d'intimité. Sur un côté de la baraque se trouvait une galerie et c'est là que Goosje a vu un homme en uniforme militaire s'approcher. Ça sentait la trahison. Il n'avait pas vu beaucoup d'hommes dans sa jeune vie, et s'il voyait un homme, c'était un Japonais dont il fallait se méfier. Le soldat est entré dans sa "Chambrée" ! Que veut ce type avec ma mère ? Il a couru à l'intérieur, parce que maman pleurait pendant ce temps.

Goos junior voit sa mère embrasser cet homme étrange. La mère lui dit que tout va bien et lui présente son père. Goosje n'avait jamais entendu le mot père et ne savait pas ce qu'était un père... A partir de ce moment, Goos et sa famille sont restés ensemble pendant une longue période dans cette baraque. Après trois mois, ils sont allés dans une autre partie de Nakhon Pathom, le Beatrixdorp, qui était plus luxueux. Après cela, la famille a été transférée à Bangkok, à l'hôtel Hoahin, où elle est restée un certain temps jusqu'à ce qu'elle puisse prendre le bateau pour rentrer chez eux. Goos a pu acheter ou emprunter un appareil photo et a pris quelques photos à Siam.

Goos a été approuvé médicalement et il a été décidé qu'il serait réintégré en Indonésie en raison de la période de turbulence qui y règne. Chrisje n'en voit vraiment pas l'utilité puisque son mari n'est pas encore prêt physiquement et peut-être mentalement. Elle va voir le "supérieur" de Goos et lui dit : "Vous ne voulez sûrement pas renvoyer un "cadavre" en Indonésie ? Ainsi, Goos et sa famille ont pu rentrer aux Pays-Bas en "congé de maladie".

Début juillet 1946

Ils sont partis d’abord sur le MS Tabinta de Bangkok à Batavia. Après cela, la famille a embarqué à Tandjong Priok le 6 juillet à bord de MS "Ruys" à destination de la Hollande pour un congé maladie de 6 mois. (ce qui correspondrait finalement à un an)

Dans le canal de Suez, ils étaient autorisés à débarquer à Attaca/Atoka/atika pour récupérer des colis de vêtements. Avant de descendre à terre, il a été expressément indiqué qu'ils pouvaient aller à terre et manger ce qu'ils voulaient mais qu'ils n'étaient pas autorisés à le ramener à bord. Bien sûr, c'était trop demander pour des gens qui avaient été privés de tout pendant si longtemps. Les enfants, craignant d'avoir à nouveau faim, avaient pris l'habitude de conserver de la nourriture et de la cacher sous leurs vêtements.

16 août 1946

Arrivée à Amsterdam, en provenance des Indes orientales néerlandaises. Goos est inscrit dans l'administration du camp d'Austerlitz et a finalement un an de congé. Dans les bois entre Zeist et Austerlitz, le Camp Austerlitz a été construit en 1938 comme camp de mobilisation et en 1946 comme centre de rapatriement pour les ­soldats du KNIL­. Le ­camp de la caserne a reçu la fonction d'hôpital neurologique ­militaire. Au départ, il s'agissait de traiter les vétérans de guerre souffrant de traumatismes et de problèmes psychologiques.

Pendant cette période, la famille Reijs est restée chez Tante Mien (la sœur de Chrisje) au Terheijdenseweg à Breda. Goos junior a rapidement reçu le surnom de Flip(je), parce que lorsque Goos était appelé, immédiatement deux personnes regardaient autour d'elles : Senior et Junior. Je continuerai désormais à appeler Goos Junior Flip, pour faciliter l'écriture. Les enfants fréquentent temporairement l'école Saint Jozef à Breda. Surtout les enfants ont dû s'habituer au froid et à marcher avec des chaussures, et à vivre en liberté, Flipje ne parlait pas encore très bien le néerlandais. Bien sûr, il parlait le néerlandais avec sa famille, mais dans les camps, il parlait régulièrement le javanais. Peut-être aussi avec Karel, car il a grandi avec sa mère jusqu'à l'âge de 4 anse  et a peut-être aussi parlé sa langue maternelle. Flip a fait un méli-mélo de tout ça. Juste pour montrer qu'aller à l'école n'était pas facile. Respecter à nouveau les règles, rester assis, écouter et apprendre à écrire, etc. Flip a eu des difficultés avec cela. Flip était en fait gaucher, mais on lui a martelé sa droitisation avec une règle, même son temps libre. Il revenait régulièrement à la maison avec des objets qu'il avait trouvés et qui s'avéraient ensuite avoir été "volés".

28 février 1947 : le congé de maladie de Goos est prolongé de trois mois, pour retourner aux Indes orientales néerlandaises en août.

28 août 1947 Après un an, Goos part pour les Indes orientales néerlandaises sans sa famille sur le M.S. "Kota Inten" pour préparer l'arrivée de sa famille dans les Indes orientales néerlandaises.

Septembre 1947 Goos arrive à Batavia et est temporairement affecté à l'I.K.B. (Bureau de Renseignements Batavia) en attendant un placement.

19 novembre 1947 Goos part pour Medan en avion. Là, il est placé avec le Subs. Kader Medan à Sumatra.

Début 1948 Quelques mois après le départ de Goos (il est maintenant au courant de son nouveau placement et a organisé son logement), Chrisje part elle aussi pour les Indes orientales avec ses enfants sur (selon mon père) le "Johan van Oldebarnevelt", pour arriver finalement à Medan.

Après quelques recherches, je suis arrivé à la conclusion qu'il est tout à fait possible qu'il s'agisse de  ‘Waterman" en janvier 1948. Le Johan van Oldenbarneveldt n'a pas navigué entre la fin de l'année 1947 et le début de l'année 1948 et comme j'ai trouvé des photos de Chrisje et de ses enfants prises autour de Noël 1947 et portant des vêtements chauds, je peux en conclure qu'ils étaient encore aux Pays-Bas à cette époque. Mon père (Goos JR) se souvient également d'un navire portant le nom de Waterman.

Le 23 janvier 1948, le Waterman part pour les Indes orientales néerlandaises et la petite famille débarque à Medan. Le bateau navigue ensuite jusqu'à Tandjong Priok. À leur arrivée, ils ont d'abord été logés dans les annexes du consulat de Belgique à Medan. Ils y disposaient de 3 chambres, d'un salon et d'une terrasse.

La famille Leenders a également vécu ici. Karel Leenders était un collègue de Goos et vivait dans une autre partie du Consulat avec sa femme Alie. Quand après un an le Consul de Belgique s'est présenté (en 1982 c'était toujours la résidence du Consul de Belgique) ils ont dû quitter cette maison et la famille est allée vivre plus loin sur la Rue Padang Boelang jusqu'en 1950. Ce dernier bâtiment est maintenant un hôtel.

23 septembre 1948 Goosen passe de l'Artillerie à l'Infanterie et est promu provisoirement sergent, "avec un salaire de 245,- Florins par mois".

Novembre 1948 Le grade temporaire de sergent est effectué, à compter de l'âge du 23 septembre 1948.

Septembre 1949 "Retour de détachement. Transféré à l'Infanterie III." Le retour aux Indes orientales néerlandaises a été une "libération" pour Goos, Karel et Flipje. Le climat, les gens, la culture, et bien d'autres choses encore qui leur avaient échappé dans les froids Pays-Bas. Karel avait des problèmes avec lui-même et son identité. C'était un Indo ou un Hollandais ? Souvent, il ne voulait pas reconnaître son frère comme un frère à cause de la couleur de sa peau. Peut-être aussi par rapport à ses amis indo. À qui peut-on faire confiance en cette période de turbulence ? Qui était nationaliste et qui avait l'esprit néerlandais ? Karel avait l'impression d'être entre deux tabourets.

Le 17 août 1945, à Jakarta, Sukarno annonce au monde entier que la colonisation des Indes orientales néerlandaises est définitivement terminée. Les Pays-Bas ne reconnaissent pas la République d'Indonésie. À partir de 1945, les Pays-Bas cherchent à restaurer leur autorité par la négociation, la guerre et la violence, ou du moins à garder le contrôle du processus de décolonisation. Plus de 200 000 soldats participent à cette guerre, dont plus de la moitié sont des conscrits. Les plus grandes opérations militaires des Pays-Bas sont l'opération Product en 1947 et l'opération Corbeau en 1948-1949. Pendant cette dernière, Soekarno a été emprisonné. Les deux opérations sont appelées "actions de police".

Les Nations Unies ont donné l'ordre d'arrêter les actions militaires et de libérer les prisonniers. Les Pays-Bas ne cèdent pas à la pression internationale avant mai 1949. Pendant la période 1945-1949, plus de cent mille personnes sont mortes du côté indonésien et environ cinq mille du côté néerlandais. Le 27 décembre 1949, le transfert de souveraineté est signé à Amsterdam et Soekarno devient le premier président de la République d'Indonésie. L'argent de la banque (florins) a été converti en rupiahs et sa valeur a diminué de plus de la moitié. De nombreuses personnes ont été dupées, la première fois pendant l'occupation japonaise et maintenant une deuxième fois.

C'est à cette époque que Chrisje a fait réaliser ‘Le’ Tableau, elle a également acheté des bijoux, des couverts en argent et d'autres objets de valeur, afin de conserver la valeur de l'argent. Le départ pour les Pays-Bas est annoncé. La famille quitte Medan en bateau (il est possible qu'il s'agisse du Johan van Oldenbarnevelt) pour Batavia, rebaptisée Jakarta, où elle est placée (à nouveau) dans un camp en attendant le départ du bateau pour les Pays-Bas. Dans le camp de Tjililitan (qui était aussi un ancien camp d'internement), Flip rencontre pour la première fois Adrie Dusseljee, le fils aîné de Henk Dusseljee. Après la guerre, Henk a eu deux autres enfants. Adrie n'est parti pour les Pays-Bas que deux mois plus tard, le 3 novembre 1950, sur l'"Oranje" et Flip l'a perdu de vue. A Tjililitan, ce fut aussi une agréable réunion avec l'oncle Akkie qui était dans le port avec son bateau de la marine.

27 septembre 1950

Toute la famille s'embarque à bord de MS "Fair Sea", pour retourner définitivement aux Pays-Bas. Se trouvait également à bord M. Bruijntjes, le second mari d'Emma, la première femme de Goos. Goos aurait-il rencontré ou connu cet homme ? M. Bruintjes s'était remarié entre-temps et j'ai contacté sa fille, née de ce mariage, mais elle ne veut rien dire de cette période. Ma question était de savoir si elle pouvait savoir où Sientje est allée (comme mentionné plus tôt dans mon histoire, Sientje est la sœur de Kareltje).

Bruijntjes a 10 ans de moins que Goos et est arrivé en 1933 dans les Indes orientales néerlandaises en tant que soldat. Bruijntjes a également été interné dans les camps de 42 à 46 en Birmanie et au Siam, et a également travaillé sur le chemin de fer. Après la "libération" en 1946, il est retourné du Siam à Java pour chercher Emma, car grâce au regroupement familial, elle n'est pas venue à lui. Il apprend bientôt qu'Emma est morte au début de l'année 1943. En juillet 1947, Bruijntjes est parti en congé aux Pays-Bas pour six mois et s'est remarié. Sa femme a donné naissance à une fille à Amsterdam en novembre 47. En janvier 1948, il retourne à Java, pour revenir aux Pays-Bas plus tard, en septembre 1950, sur le même bateau que Goos. Sa femme et sa fille retournent aux Pays-Bas en mars 1950.

Flip avait fait monter clandestinement Pietje l'écureuil à bord, qui dormait avec lui dans la cabine, jusqu'à ce que soudain un autre écureuil se présente. Il s'est avéré que quelqu'un d'autre avait amené le même animal à bord.

Octobre 1950

À son arrivée aux Pays-Bas, la famille est placée temporairement à l'hôtel Zomerzorg à Bloemendaal, jusqu'à ce qu'on lui attribue une maison. Ici, les enfants vont à l'école. À la grande surprise de Flip, Adrie passe avec sa sœur Corrij, elle aussi sur le chemin de l'école. Adrie vivait dans un autre hôtel ; Duin en Daal. Les deux garçons se retrouvent dans la même école et renouent immédiatement avec l'amitié. Malheureusement, Pietje n'a pas survécu à son premier hiver aux Pays-Bas à cause du froid. Flipje l'a trouvé mort sous les couvertures au pied de son lit.

Karel, qui avait déjà 16 ans, a été immédiatement hébergé chez tante Mien lorsqu'il est arrivé aux Pays-Bas. Avec ses trois cousins du même âge (du côté maternel), il est allé au MULO dans la Halstraat à Breda, où il a obtenu plus tard son diplôme. Karel savait bien apprendre et maintenant qu'il était de retour aux Pays-Bas, l'agitation concernant son identité s'était calmée. Maintenant, c'est l'inverse, et il doit faire ses preuves avec sa peau brune dans la société blanche.

Les gens étaient autorisés à choisir où ils voulaient vivre aux Pays-Bas. De nombreuses personnes ont été placées à La Haye (sans faire de choix). Chrisje ne voulait absolument pas cela, car elle venait de Breda. Et ce fut Breda. Finalement, ils ont "vécu" à Bloemendaal pendant un an.

La famille Reijs s'est vu attribuer une maison dans le Heuvelkwartier, au 49 Olivier van Noordstraat. Autre coïncidence : trois semaines plus tard, la famille Dusseljee est venue habiter dans la même rue, après avoir vécu dans une pension de famille à Oudenbosch. Pa Dusseljee était stationné à Breda, on ne sait pas dans quelle caserne mais je soupçonne la caserne de la Fellenoordstraat. Le 18 février 1954, Pa Dusseljee s'est accidenté avec la jeep après un exercice. Il meurt le lendemain, le 19 février, et est enterré avec les honneurs militaires à Breda. Il avait 39 ans à l'époque.

Flip et Adrie sont retournés dans la même école et ils sont restés amis jusqu'à la fin de leur vie, jusqu'à ce qu'Adrie décède d'une tumeur au cerveau en février 2020. Adrie avait un an de moins que Flip, mais ils étaient toujours dans la même classe. Lorsque la famille a vécu à Breda chez Tante Mien en 1946, Flip est allé à l'école pendant un an et s'est retrouvé en CP, car il avait tout de même 6/7 ans. Il n'a pas appris grand-chose pendant cette année scolaire. Flip a d'abord dû apprendre à parler correctement le néerlandais et a pris beaucoup de retard. Donc en septembre 47, Flip a dû redoubler le CP. À son retour, au début de 1948, il s'est inscrit au CE1 à Medan, car on pensait que le système d'apprentissage néerlandais était bien meilleur et qu'il pouvait facilement passer CE1. Cela ne s'est pas avéré être le cas et en septembre 1948, il a répété CE1. En 1949, Flip passe au CE2, ce qu'il répète à Breda en 1950. Flip a appris le calcul avec tante Alie, qui vivait temporairement avec eux dans la maison du consul de Belgique.

24 octobre 1950

Goos devient "libéré honorablement du service militaire par ordre du chef du service du personnel militaire, par arrêté royal du 20 juillet 1950 STBL Nr K 310, prenant effet le 25 juillet 1950, en raison de la dissolution de la KNIL". La déclaration de recommandation accordée.

18 octobre 1951

À Bloemendaal, Goos reçoit par courrier une médaille (la médaille d'argent doré) pour service militaire loyal, reçue comme un gage de reconnaissance pour ses années en Indonésie, sans cérémonie, rien. Un geste poignant !

Vers 1951/1952, un signe de vie de Sientje est venu de Jakarta. Elle a demandé à son père la permission de s'épouser car elle était encore mineure. Goos a donné sa permission et après cela, il n'y a plus eu aucun contact avec elle. On ne sait pas si Goos savait déjà à l'époque que sa première femme était morte.

La mort d'Emma en 1943 n'a été connue de Goos junior qu'au début des années 2020, après que nous ayons fouillé dans les archives.

L'émission de télévision "Spoorloos" et l'émission de radio "Adres Onbekend" ne peuvent pas m'aider à trouver Sientje. Pour "Spoorloos", il y a trop de demandes concernant l'Indonésie et "Adres Onbekend" ne peut pas effectuer de recherche en Indonésie.

Après avoir "vécu" à Bloemendaal pendant un an, la famille a déménagé à Breda et s'est attribué une nouvelle maison dans la rue Olivier van Noord. Après un an de vie à la maison, Goos SR en a eu assez et s'est mis à la recherche d'un emploi.

À partir de 1952, il travaille pendant deux étés comme maître-nageur à Het EI, la piscine en plein air de Breda.

En 1955, Jaap est né le 18 avril à l'adresse Olivier van Noordstraat. C'est un bébé en bonne santé, mais il devient vite évident que quelque chose ne va pas chez lui. Jaap souffre d'une malformation congénitale et a un chromosome de trop, autrement dit Trisomie 21. Dans le cas de Jaap, cela s'accompagne d'un handicap mental.

En 1956, ils déménagent à nouveau dans un appartement nouvellement construit au Beverweg. C'est un autre changement pour Goos, qui pense qu'il est encore trop jeune pour rester à la maison (il a alors 52 ans), et trouve un emploi d'administrateur à la base aérienne de Gilze-Rijen. Au début des années 60, il a été renvoyé de cet emploi à cause de son paludisme-tropique qui ne cessait de se manifester, et d'un syndrome de camp/guerre.

Karel est bientôt appelé au service militaire et part pour la zone de guerre entre la Corée du Nord et la Corée du Sud jusqu'à l'armistice à la mi 1953. Karel a 19 ans a son départ. De retour à Breda, Karel s'inscrit à l'école navale en tant que capitaine de bateau fluvial, mais il ne termine pas ses études. Après cela, il passe dans la marine où il ne reste pas longtemps non plus, puis dans l'armée de l'air. C'est là qu'il a appris à voler et qu'il a obtenu son brevet de pilote, mais là aussi, il ne reste pas longtemps. Puis il est devenu grutier dans le port de Flessingue. C'est également là qu'il a vécu jusqu'à sa mort en 1976 dans un accident de moto.

Karel est alors marié, a deux enfants et divorcé. Il s'est remarié avec Gré et a eu une fille, Wanda. La vie de Karel n'a pas été facile, il a été séparé de sa mère, a grandi dans une famille blanche dès l'âge de 4e ans, a survécu aux camps, a déménagé aux Pays-Bas, a vécu la guerre de Corée, etc. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, Karel se passionne pour les courses de route et participe à des courses nationales. Il meurt lors d'une balade en moto un dimanche matin et a alors 42 ans.

En 1965, mes grands-parents et Jaap ont déménagé dans une autre maison nouvellement achevée à Breda Nord. Les autres enfants avaient déjà quitté la maison.

Le Trisomie 21 s'accompagne souvent de problèmes physiques, mais ce n'est pas le cas de Jaap. Jaap va dans une école normale et vivra à la maison jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 18 ans. Ma grande mère avait 48 ans quand elle a donné naissance à Jaap et donc 66 ans quand Jaap a pu choisir un nouveau foyer. Diverses formes de logement ont été visitées et Jaap a finalement choisi Huize Vijvervreugd à Middelburg en 1973. C'est là qu'on lui a appris l'indépendance.

En 1974, grand-père est retourné en Indonésie pour la première fois, ce qui s'est avéré être une grande déception. Les Indes orientales qu'il avait laissées derrière lui il y a environ 25 ans n'existaient plus. Désabusé, il est reparti, pour ne plus jamais retourner.

Après l'école primaire, Flip est allé à la GTS (l’école Technique Municipal) au Van Coothplein. Ensuite, à l'âge de 16 ans, il a commencé à travailler dans différents garages automobiles en tant que mécanicien et a également travaillé pendant un an pour l'entreprise de son beau-frère Tom Molenschot à Anvers en tant que représentant. Il s'agissait de Molenschot Weegwerktuigen et était situé sur le Teteringsedijk à Breda.

En 1959, Goos (qui ne veut plus être appelé Flip) s'engage dans l'armée et en 1960, il est envoyé en Nouvelle-Guinée. Il s'agissait d'un territoire d'outre-mer des Pays-Bas et l'Indonésie voulait s'approprier la zone, ce qu'elle a fait en 1962. Pendant son séjour en Nouvelle-Guinée, sa sœur s'est mariée. 

Christel Kuijsters, juin 2022

 

La vie après le Burma Railway.

source de la carte: Tony van der Meulen, Dansen op de Kwai

Nakhon-Pathom hospital kamp

source:https://digitalcommons.macalester.edu/

Le journal de Goos était un petit journal intime pour l'année 1938, dans lequel il notait ses expériences au crayon. Il était interdit d'écrire ou d'être en possession de matériel d'écriture ; ce petit format pouvait facilement être caché.

Banjoebiroe 10

Bombardier Enola Gay qui a largué la bombe atomique Little Boy sur Hiroshima

SS Lake Charles of Victory

Les retrouvailles au camp de Nakhon Pathon

Goos avec les enfants

Chrisje avec les enfants

La famille Reijs à Medan

Photo prise en 1950 dans le camp de Tjilitan

1ère photo après la captivité

Goos avec des enfants fortement émaciés au Siam

Le "Kota lnten" est l'un des sept "Kota", qui étaient des navires jumeaux construits comme cargos. Lors de sa construction, il pouvait accueillir 28 passagers, mais il était clairement destiné au transport de marchandises. En 1942, il navigue pour l'administration américaine des transports de guerre, qui fait transformer le navire spécialement pour le transport de troupes. En 1946, il a été remis au gouvernement néerlandais, qui l'a utilisé pour transporter ses militaires dans les Indes orientales néerlandaises. Le "Kota lnten" avait la capacité de transporter plus de 1750 soldats, c'était maintenant un navire assez vieux et assez lent comparé à d'autres navires de transport de troupes et il n'y avait aucun luxe.

M.S De Waterman  source: Wikipedia

M.S Johan van Oldenbernevelt.

Source:www.derbysulzers.com

Chrisje, Goos avec Alie et Karel Leenders

Attendre à Tandjong Priok pour monter à bord en 1950

Flip à l'école Jozef

Ineke à l'école Jozef

Cela a dû être un choc culturel pour Karel aussi, marchant dans des vêtements et des chaussures occidentaux

Adrie, Jetje, Corrijn, Toos, Henk jr et derrière Henk sr

À Bloemendaal

Chrisje et Goos au mariage de

Tineke et Tom

Charles au mariage de Tineke et Tom

Charles en Corée, à l'arrière droit
Charles en Corée, à l'arrière droit
Charles sur sa moto de course
Charles sur sa moto de course

Grand-mère et Karel sr Reijs

Une des dernières photos de Karel avec sa mère Chrisje avant son accident mortel

Jaap