Christel raconte la vie de son père Goos jr.

Copyright © All rights reserved de Indische Verhalentafel

Goosen Willem Hendrik Reijs

Goosen Willem Hendrik (mon père) est né le 28 juin 1940. Le deuxième prénom de Goos est Willem, nommé après son voisin Willem. Pendant de nombreuses années, il portera le prénom de Flip, car deux hommes avec les prénoms Goos dans la maison, c'est trop confus. Voici l'histoire de mon père Goos jr. depuis l'école primaire. Ceci est la suite de l'histoire complète de mon grand-père que vous pouvez lire en appuyant sur le bouton ci-dessous.

Après l'école primaire, Goos va au collège technique municipal au Van Coothplein.

Après l'avoir terminé, il est allé travailler chez Asselbergs & Nachenius en tant que tôlier de construction pendant quatre mois.

Après cette période, il a travaillé pendant une autre année chez Molenschot Weegwerktuigen au Teteringsedijk, où il a assemblé des bascules.

Ensuite, 6 mois au garage Ruttchen sur le Vier Sprong, où il était responsable de l'entretien des camions et des voitures.

Il a ensuite travaillé pendant six mois chez Fred Scherink en tant que constructeur et contrôleur de production d'essoreuses et de machines à laver au Speelhuislaan.

   

C'est la fin des années ‘50 et Goos a fait de nombreux métiers mais a aussi beaucoup appris. Goos est hyperactive, agité, et veut subvenir à ses besoins, s'en sortir tout seul (presque comme son frère Karel). À l'époque, on parlait d'un enfant hyperactive, mais de nos jours, on parlerait de TDAH, un diagnostic qui n'existait pas encore. Cela s’est développé dans le camp japonais où il était constamment en mouvement. Dans le camp, il a vu des choses qui n'étaient pas destinées aux yeux des enfants. À la fin des années cinquante, son frère Karel vivait à Flessingue et Goos avait l'habitude d'aller le voir en bicyclette, pour pédaler son énergie et tout le reste.

     

Fin 1959, Goos entre en service militaire au régiment Huzaren van Sytzama à Amersfoort (corps de chars). Après 2 mois, ils ont demandé des volontaires pour le corps des commandos, pour lequel il a postulé. Il s'est retrouvé le seul des 80 candidats à Roosendaal. Après deux mois, il a été licencié en raison d'une inflammation du tendon d'Achille. Après cela, Goos a rejoint la Garde Grenadiers à la caserne d’Orange à Schaarsbergen près d'Arnhem. Souvent, des hommes plus grands étaient sélectionnés pour ce corps, et Goos avec ses 1m72 en faisait partie. La Garde Grenadiers étaient reconnaissables à leur "Kolbak", un grand chapeau en peau d'ours (comme les gardes de la reine Elizabeth du Royaume-Uni). Il était le chauffeur/mécanicien de véhicules lourds. Goos a conduit ces véhicules, à l'intérieur et à l'extérieur de la caserne, sans avoir le permis poids lourd. Son officier supérieur lui a donné un manuel, pour lequel il avait 3 mois pour lire et apprendre, et ensuite il pouvait passer l'examen. Après cela, il a obtenu son permis de conduire militaire avec tous les tampons.  A cette époque, Goos a également acheté un cyclomoteur pour rendre visite à sa tante Alie qui vivait à Apeldoorn.

Lorsque la demande de volontaires pour la guerre en Nouvelle-Guinée s’est présenté, Goos était impatient de se porter volontaire, surtout avec ses antécédents (expérience tropicale), il a été sélectionné. Il s'est retrouvé dans la caserne d'Arnhem pendant trois semaines pour se préparer au départ. Avec 6 hommes de son groupe, ils sont partis pour Biak dans un avion de  KLM en tant que civils, avant d'être transférés à Fak-Fak. Ce dernier endroit ne pouvait être atteint que par un bateau ou un hydravion, appelé Beaver. Goos y a été stationné pendant un an comme chauffeur/mécanicien. À la fin de l'année 1961, il retourne à la caserne de Doorn pour rendre son matériel militaire.

De retour aux Pays-Bas, il trouve rapidement un emploi au garage Renault Otten au Beverweg, où il travaille pendant un an comme tôlier d’automobile. Il vivait aussi avec ses parents au Beverweg, c'était juste au coin de la rue. C'est à cette époque qu'il a rencontré Christa, qui vivait à l'autre coin de rue, dans la Ignatiusstraat.

En 1963, Goos est allé travailler pendant un an chez Anton Vriens, garage BMW au Spoorstraat.

Il s'est ensuite retrouvé chez le concessionnaire Vespa Ad Maassen sur le Wilhelmina Singel en tant que mécanicien de Vespa, Solex et Jawa. Lorsqu'il a demandé un congé de trois semaines pour partir en vacances en Espagne avec ses parents, ce que son patron a refusé, son père Goos Sr. a dit à son patron qu'il pouvait le considérer comme licencié. Cependant, bien plus tard, la Vespa jouera encore un rôle important dans sa vie.

Après cela, il est retourné chez Molenschot Weegwerktuigen où il est devenu le représentant pour les provinces belges d'Anvers et du Limbourg.

Après cela, il est retourné dans le monde des garages, travaillant au garage Tichelaar Ford en tant que tôlier automobile. Au cours de cette période, il a également épousé Christa en décembre 1964 et a vécu temporairement avec elle chez ses parents à Beverweg, à la recherche d'un logement.

En 1965, ils ont trouvé un logement dans un appartement à l'étage de la Prins Willem III laan. Leur 1e fille est née en juin et Goos, a de nouveau changé de travail. Il s'est retrouvé au complexe militaire de Dongen, appelé 569TD ou REMI, pendant 6 ans et demi comme tôlier de véhicules lourds. Il a également suivi 3 formations sur le soudage de toutes sortes de métaux. En 1967, une 2e fille est née dans le petit appartement du haut, et en 1969, une 3e  fille. En raison de sa mauvaise audition, il a été déclaré inapte au travail et, pour la première fois de sa vie, il a été au chômage pendant six mois. Entre-temps, la famille avait emménagé dans leur nouvelle maison à Dorst.

Après cette période de six mois, un poste s'est libéré au KMA (Académie Royale Militaire de Bréda), où il a passé 1½ an en tant qu'instructeur de soudage et a également étudié pour devenir dessinateur d'atelier. Il a ensuite parcouru la Zélande et le Brabant dans une camionnette pour vérifier la densité de la soudure dans les complexes militaires, mais tous ces voyages ne lui convenaient pas.

Goos est ensuite devenu fonctionnaire à la caserne Trip van Zoutland, où il s'est occupé de l'administration du dépôt de munitions "Compi" et du stockage des bunkers. À la fin des années 1970, il a terminé sa carrière dans la même caserne, à l’Atelier Pédagogique Central, où l'on produisait du matériel pédagogique pour les militaires. Il a été actif en tant que employé administratif, dans l'entrepôt à l'achat et à la vente et il a tenu l'administration du personnel.

Ayant l'esprit libre, Goos est retourné seul dans son pays natal pour la première fois en 1982. Ce n'est plus l'Indonésie qu'il avait laissée derrière lui et, au cours des 30 dernières années, le pays a beaucoup changé. En 1985, il y est retourné pour une 2de fois et en 1990 pour la troisième fois, mais Christa l'a rejoint cette fois ci. Au cours de ces voyages, il a pu retrouver son lieu de naissance à Java, ainsi que les maisons où ils avaient habitaient à Sumatra.

Juste après la mort de sa mère Chrisje et le départ de la maison de la dernière fille, des problèmes sont apparus. Goos sr était mort quatre ans plus tôt mais, comme les deux hommes ne s'entendaient pas vraiment, cette perte fut moins lourde pour Goos.

Son pilier de force, son pilier de soutien, la mère poule n'était plus là. Sa mère, qui avait veillé sur lui depuis sa naissance, qui avait protégé sa vie et celle de ses frères et de sa sœur, n'était plus là. Tout comme sa sœur était attirée par son père, Goos était si proche de sa mère.

S'il y avait des problèmes, c'était la faute de tout le monde, sauf de Goos lui-même. Il est rentré à la maison "surmené" et s'est retrouvé en congé maladie. On a rapidement soupçonné la présence de traumatismes de guerre non traités pendant sa jeunesse. Pendant un an, il s'est rendu en train tous les mercredis à Oegstgeest, où il a suivi une thérapie pour parler avec des co-victimes, échanger des expériences de chacun pendant leur enfance. Il était en fait prévu qu'il suive une thérapie pendant deux ans, mais au bout d'un an, il est devenu évident qu'il ne pouvait pas continuer et pour Goos, tout a été dit. Bien que les thérapeutes n'aient peut-être pas pensé que le succès était optimal, j'ai constaté que mon père avait changé après cette année. Il était devenu plus doux, plus accessible et plus ouvert à certaines choses. Peut-être que cela n'a pas aidé à 100%, mais j'ai vu un changement, et il a pu reprendre sa vie en main. À 53 ans , il a officiellement cessé de travailler et a droit à l'allocation aux victimes de la guerre.

Il était maintenant temps de trouver quelque chose à faire de ses  journées. Trois ans plus tôt, vers son 50e  anniversaire, il avait acheté une Vespa. La Vespa avait besoin d'un lifting. Il a fait tout cela lui-même, du cabossage au ponçage, il s'est assuré que la Vespa était complètement restaurée et à nouveau utilisable. Pendant les vacances d'été, lorsque lui et ma mère ont voyagé à travers la France dans son camping-car, la Vespa a voyagé avec eux.  Il en a acheté une autre, un modèle un peu plus lourd, puis une autre. Il l'aimait et prenait plaisir à la remettre en état et à la restaurer. À la fin des années 90, il a acheté une maison secondaire en France (où moi, sa fille cadette, m'étais installée) et toutes ses Vespas ont déménagé avec lui. En Hollande, il y avait des Vespas dans le couloir, la chambre d’amis, la cuisine, la véranda et partout où il y avait un espace libre, si bien que ma mère en avait assez des odeurs d'essence et d'huile qui flottaient dans la maison.

En 2001, Goos a ouvert son musée de la Vespa en France, où plus de 50 Vespas sont désormais exposées et dont il profite encore tous les jours.

Christel Kuijsters, juin 2022

Goos (il s'appelait alors Flip) à l'école St Jozef

Photo d'école de Goos à l'âge de 15 ou 16 ans

Goos en Nouvelle-Guinée

Goos à la foire avec son fusil, à gauche de lui Adrie et Corrij Dusseljee

Goos sr en tant que sauveteur dans l'EI

Cuisiner avec maman dans la petite cuisine de Beverweg

Bricolage d'une Vespa

Goos avec une Vespa qui a besoin d'être remise à neuf
Goos avec une Vespa qui a besoin d'être remise à neuf
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon
Le musée Vespa à Auzon